Publications du Service canadien des forêts

Fire hazard in budworm-killed balsam fir stands on Cape Breton Highlands. 1993. Péch, G.Y. The Forestry Chronicle 62(2): 178-186.

Année : 1993

Disponible au : Région de la capitale nationale

Numéro de catalogue : 10754

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Les forêts pouvant être la cible d'épidémie de tordeuses de bourgeons dans l'Est du Canada varient considérablement en terme de composition d'espèces d'arbres, et la gravité des saisons de feux pour ces régions diffère également. Vraisemblablement, en conséquence, le risque ou le potentiel de feu dans les forêts attaquées par la tordeuse des bourgeons découle de causes complexes. Une forêt de différentes espèces de conifères située près de la rivière Aubinadong dans le centre de l'Ontario représente probablement une situation extrême d'abondance de combustible en surface et au dessus du sol en plus d'une saison de feu au niveau le plus élevé. Il en est résulté plusieurs feux difficiles à contrôler. Par la suite, on retrouve les peuplements purs et à maturité de sapin baumier des Hautes Terres du Cap Breton en Nouvelle-Écosse, qui n'ont pas d'historique de feu apparent et qui représentent l'autre extrême: pas d'accumulation de combustible en surface et une gravité des saisons de faible niveau. Une étude systématique a été entreprise entre 1979 et 1988 dans les Hautes Terres, suite à l'importante épidémie de tordeuses des années 1970 afin de mesurer quantitativement le risque de feu par l'évaluation des changements dans la distribution des combustibles et pour évaluer la gravité de la saison de feu ainsi que sa période. Les résultats démontrent que le climat frais et humide des Hautes Terres décompose rapidement les combustibles morts, et qu'il y a peu d'accumulation de combustible de surface. De plus, la gravité de la saison de feu demeure faible, et même en l'occurence d'une sécheresse inattendue, l'attaque directe et la réalisation du contrôle des feux ravageant ces peuplements peuvent être effectuées par les ressources existantes.