Publications du Service canadien des forêts

Microprojectile-DNA delivery in conifer species: factors affecting assessment of transient gene expression using the ß-glucuronidase reporter gene. 1993. Charest, P.J.; Caléro, N.; Lachance, D.A.; Datla, R.S.S.; Duchesne, L.C.; Tsang, E.W.T. Plant Cell Reports 12: 189-193.

Année : 1993

Disponible au : Région de la capitale nationale

Numéro de catalogue : 10740

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

La méthode Biolistic® (bombardement au moyen de microprojectiles recouverts d'ADN) a été utilisée pour vérifier s'il était utile d'introduire chez les conifères huit gènes chimères basés sur le promoteur 35S, l'activateur traductionnel AMV et la fusion de gènes de -glucuronidase et de néomycine-phosphotransférase II. L'évaluation a été effectuée à l'aide de cellules embryogènes de Picea glauca, dans lesquelles la vigueur relative des promoteurs, telle que révélée par l'évaluation de l'expression génique transitoire, était la suivante : 35S-35S-AMVE>35S-AMVE>35S-35S>35S. Le gène résultant de la fusion des gènes GUS et NPT II a produit une expression transitoire plus faible que le gène GUS non fusionné, comme l'ont révélé les épreuves histochimiques au X-GLU. Des essais comparant le promoteur EM du blé et le promoteur 35S-35S-AMVE (avec et sans fusion entre GUS et NPT II) ont été effectués avec Picea rubens, P. mariana, P. glauca et Larix x eurolepis. Le gène non fusionné avec le promoteur 35S-35S-AMVE a entraîné une expression transitoire plus importante que le gène fusionné GUS-NPT II. La capacité de détection de l'activité du gène de -glucuronidase de l'épreuve au MUG fluorescent a été meilleure que celle de l'épreuve histochimique au X-GLU.