Publications du Service canadien des forêts

Members of the acetohydroxyacid synthase multigene family of Brassica napus have divergent patterns of expression. 1992. Ouellet, T.; Rutledge, R.G.; Miki, B.L. The Plant Journal 2(3): 321-330.

Année : 1992

Disponible dans la : Région de la capitale nationale

Numéro de catalogue : 10718

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Non disponible (cliquer pour plus de détails)

Résumé

Les espèces du genre Brassica possèdent la famille de gènes codant l'acétohydroxyacide synthase (AHAS) la plus complexe que l'on connaît chez les plantes. L'AHAS est une enzyme essentielle à la biosynthèse d'acides aminés ramifiés. Chez B. napus, espèce allotétraploïde, quatre (AHAS1 à AHAS4) des cinq gènes de l'AHAS ont été clonés et séquencés. Les transcrits ont été examinés à l'aide de techniques de protection à la RNase, avec des sondes ARN antisens spécifiques. Seules AHAS1, AHAS2 et AHAS3 ont été exprimées chez B. napus et une des espèces-mères diploïdes, B. campestris ou B. oleracea. AHAS1 et AHAS3 sont des gènes fortement conservés qui vraisemblablement assurent des fonctions domestiques essentielles. Ils ont été exprimés sous forme d'ARNm en faible abondance dans tous les tissus somatiques et reproducteurs examinés. AHAS2, dont la structure diffère de celle de tous les autres gènes d'AHAS de plantes, s'est exprimé seulement dans les ovules mûrs et dans les tissus extra-embryonnaires des graines immatures. Cette étude atteste directement de l'existence d'isoformes multiples de l'AHAS chez les plantes, ainsi que de l'existence d'un gène de l'AHAS dont la régulation est liée au développement et à des tissus spécifiques. Cette découverte soulève des questions concernant l'importance fonctionnelle de l'AHAS dans le développement des graines.

Dernière mise à jour :