Publications du Service canadien des forêts

Predicting the daily occurrence of lightning-caused forest fires. 1991. Kourtz, P.H.; Todd, J.B. Forestry Canada, Petawawa National Forestry Institute, Chalk River, Ontario. Information Report PI-X-112. 18 p.

Année : 1991

Disponible au : Région de la capitale nationale

Numéro de catalogue : 10706

La langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (Petawawa)

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

 La foudre cause le tiers des 9000 incendies de forêt qui se déclarent au Canada. Chaque année, les incendies de cette origine consument 90 % de la superficie totale brûlée par les incendies et ils coûtent au Canadiens au moins 150 millions de dollars en biens détruits et en opérations d'extinction. Contrairement aux incendies causés par la négligence humaine, les incendies allumés par la foudre surviennent souvent en nombre élevé dans des localités éloignées. Cependant, un organisme moderne de lutte est en mesure d'éteindre tous ces feux lorsqu'ils sont encore de modestes foyers, mais seulement au cas où il disposerait de suffisamment de temps pour déployer les équipes d'intervention avant que le feu ne se propage. Pour qu'une telle stratégie porte fruit, il faut donc prédire, des heures d'avance, la survenue des incendies dus à la foudre.
 L'article décrit la méthode dont on se sert pour prédire le nombre et l'emplacement quotidiens des incendies causés par la foudre. Un réseau de capteurs automatisés saisit l'emplacement et le nombre d'éclairs au sol. Pour chaque éclair, on utilise les données convenables sur le type de combustibles, la météo et l'humidité dans des modèles des processus d'allumage, de combustion lente et de détectabilité. Le modèle d'allumage prédit la probabilité qu'un éclair allume un foyer de combustion. Le modèle de détectabilité prédit la probabilité que le foyer soit visible durant les heures dangeureuses (pour l'incendie). Enfin, le modèle de combustion lente renseigne sur la probabilité qu'un feu se maintienne jusqu'au lendemain, habituellement en couvant. 
 Comme les feux peuvent couver pendant longtemps, chaque éclair observé au cours des 10 journées qui ont précédé est considéré comme un foyer potentiel pour le lendemain. Les feux qui auraient été allumés jusqu'au dixième jour précédent sont considérés comme ayant eu la possibilité de couver; ils cessent d'être pris en considération dès qu'ils sont détectés. Aux feux résiduels, on ajoute les nouveaux feux susceptibles de se déclarer et le nombre prévu de feux détectables au cours de la prochaine période dangereuse pour obtenir le nombre de feux prédits pour la journée où on se trouve.
 Les résultats des évaluations sont présentés et expliqués. En général, le programme de prédiction donne des résultats assez bons pour les orages petits à moyens qui surviennent en matinée ainsi que pour les orges moyens à gros de nuit. De même, pour la veille, le modèle de combustion lente et de survie des feux semble fidèle. Toutefois, les prévisions laissent à désirer quant il s'agit des orages d'après-midi, des précipitations dont on ne connaît pas la quantité et du modèle de combustion lente appliqué à des périodes de plus de 2 jours. 
 Le programme de prédiction pourrait être considéré davantage comme un système expert: les connaissances précises de la physique de la foudre, de la répartition géograhique des précipitations et du comportement du feu sont combinées à l'opinion des spécialistes sur les divers processus pour lesquels se déclarent les incendies dus à la foudre. Il reste beaucoup à apprendre sur la physique de la foudre, les modalités d'allumage, les conditions nécessaires à l'allumage, le processus de combustion lente et les conditions nécessaires à la production de fumée.

Également disponible sous le titre :
Prédiction quotidienne des incendies de forêt causés par la foudre (Français)