Publications du Service canadien des forêts

Prédiction quotidienne des incendies de forêts causés par négligence. 1992. Todd, J.B.; Kourtz, P.H. Forêts Canada, Institut forestier national de Petawawa, Chalk River (Ontario). Rapport d'information PI-X-103F. 20 p.

Année : 1992

Disponible au : Région de la capitale nationale

Numéro de catalogue : 10609

La langue : Français

Séries : Rapport d'information (Petawawa)

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

On a surveillé la multiplication végétative, la biomasse ainsi que la teneur en éléments nutritifs (y compris en oligo-éléments) du feuillage et des tiges de même que la teneur en éléments nutritifs du sol, la respiration de ce dernier, le dépôt de la litière et la production de broutilles pour l'hiver dans des écosystèmes à jeunes peupliers de 20 ans (Populus tremuloides Michx., Populus grandidentata Michx.) de l'est de l'Ontario, qui avaient été traités comme suit : brûlage à faible intensité avant le débourrement, brûlage après ce dernier, coupe avant et après le débourrement. Un écosystème non traité a servi de témoin.

Trois ans après le traitement, on a observé le nombre maximal de drageons à l'hectare (12 000) dans les parcelles coupées avant le débourrement, puis, dans l'ordre décroissant, dans les parcelles coupées après (9 000), les parcelles brûlées après (4 000) et les parcelles brûlées avant (2 000). Il n'y a pas eu de drageonnement dans les parcelles-témoins. La biomasse aérienne et les éléments nutritifs, la production de broutilles pour l'hiver et le dépôt de la litière ont constamment réflété l'évolution de la densité des drageons sur les parcelles coupées et la dégradation des peuplements traités par le feu. Le brûlage, particulièrement avant le débourrement, a réduit le peuplier à une proportion mineure de la station. D'autre part, la coupe avant le débourrement donne les résultats les plus satisfaisants si la reproduction vigoureuse du peuplier reste l'objectif de l'aménagement.

Les mesures des éléments nutritifs ainsi que de la respiration du sol ont montré que les processus déterminants des écosystèmes sont rapidement revenus à leur intensité d'avant le traitement. Ainsi se trouve confirmée notre perception de la résilience des peupleraies aux interventions humaines ou aux phénomènes naturels périodiques.

Également disponible sous le titre :
Predicting the daily occurrence of people-caused forest fires (Anglais)