Publications du Service canadien des forêts

Forest tree genetic conservation activities in Canada. (Activités de conservation des ressources génétiques forestières au Canada). 1992. Boyle, T.J.B. Forestry Canada, Headquarters, Science and Sustainable Development Directorate, Ottawa. Information Report ST-X-4. 50 p.

Année : 1992

Disponible au : Région de la capitale nationale

Numéro de catalogue : 10073

La langue : Anglais / Français

Séries : Rapport d'information (SCF - Ottawa)

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

 On a envoyé des questionnaires à une cinquantaine de représentants forestiers des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, de l'industrie et des universités dans tout le Canada afin d'obtenir de l'information sur 8 catégories d'activités de conservation : aires de conservation génétique/écologique, peuplements sélectionnés, aires de production de semences, vergers à graines, banques de clones, tests de provenances, banques de semences et «autres». L'information sur les parcs nationaux, les aires de nature sauvage, les réserves écologiques et d'autres activités de conservation in situ qui ne relèvent pas des services forestiers a été tirée de diverses publications.
 A l'heure actuelle, environ 676 000 km2, ou 6, 8 %, de la superficie des terres du Canada se trouvent dans des parcs actuellement désignés ou d'autres réserves; aucune activité d'exploitation forestière ou autre perturbation n'est autorisée sur 255 000 km2. Selon les estimations, près de 4 % de la superficie des forêts productives font l'objet d'une «haute protection», c'est-à-dire qu'aucune perturbation n'y est permise. Les banques de semences renferment 33 500 lots de semences forestières, lesquels contiennent plus de 3,1 milliards de semences. De plus, la quantité de semences de quelque 260 tonnes de semences n'a pas encore été déterminée. Plus de 28 000 familles sont représentées sur plus de 1800 ha de vergers à graines de famille au pays. Les vergers clonaux renferment presque 14 000 clones et couvrent plus de 1000 ha, tandis que 43 100 clones sont conservés dans des banques de clones. Bien que la période de pointe pour l'établissement de vergers à clones et de tests de provenances soit passée, ces activités se poursuivront et représenteront un énorme capital de conservation génétique ex situ.