Ouvrir la voie à une nouvelle race de forêts

Les terrains forestiers du Canada représentent une part importante de notre patrimoine. Non seulement les forêts canadiennes contribuent-elles à l'image que nous projetons dans le monde, elles forment aussi la pierre angulaire de notre économie. Créateur de près d'un million d'emplois directs et indirects au Canada, le secteur forestier est celui dont la contribution individuelle à l'emploi est la plus importante. Le Service canadien des forêts (SCF), tout en étant responsable de préserver la biodiversité des forêts du Canada, reconnaît la contribution de celles-ci à la subsistance des Canadiens. La demande de produits forestiers devrait augmenter à l’échelle mondiale, alors qu'une perte nette de couvert forestier s’est produite au cours des dernières décennies. Le SCF tente de résoudre ce problème afin d'atténuer une partie de la pression exercée sur nos ressources forestières.

Je suis chef d'équipe au Centre de foresterie de l'Atlantique et responsable de l'adaptation de la technique d'embryogenèse somatique (ES) à des espèces de conifères d'importance commerciale. L’ES permet à un nombre illimité d’embryons génétiquement identiques d’être propagés à partir d’une seule graine. Pourquoi développer l'embryogenèse somatique? L'ES est la technologie-clé pour la mise en application de la foresterie multi-variétale (FMV), qui peut être définie comme une foresterie de plantation qui utilise des variétés d’arbres — clones ou produits de sélection auxquels on donne un nom distinct — préalablement testées. La FMV permet d'obtenir une amélioration génétique beaucoup plus importante que ce qui est possible par l'entremise d'une méthode classique d'amélioration des arbres; il s'agit donc d'un outil puissant pour accroître la productivité des forêts par l'utilisation de gènes indigènes plutôt que de gènes introduits. La FMV est une méthode rapide et souple pour implanter des variétés d’arbres testées bien adaptées à des conditions environnementales changeantes et à des objectifs variables en termes de produits; elle nous donne la capacité de gérer avec soin la diversité génétique des arbres utilisés en foresterie de plantation.

Culture en serre et plantation au champ

Les forêts multi-variétales ne remplaceront pas les forêts naturelles, car leur raison d'être est d'améliorer la productivité des forêts pour les plantations commerciales seulement. Elles peuvent ainsi atténuer la pression sur nos forêts naturelles, en les mettant à l'abri de l'exploitation commerciale à l'avenir. Les forêts multi-variétales amélioreront la valeur économique du secteur de la foresterie. La technique de l'ES est relativement nouvelle pour les espèces d'arbres forestiers — sa mise au point et son application en sont encore à leurs débuts pour certaines espèces, mais elle est suffisamment au point pour être appliquée chez la plupart des espèces d’épinette. C'est avec enthousiasme que je participe à cette étape innovatrice de la technologie qui devrait avoir un effet marqué sur l'amélioration des arbres et la foresterie de plantation. À cause de ces travaux de développement, de cet effort pour combler le fossé entre la biotechnologie et les applications commerciales, le Canada sera en mesure d'atténuer la tension exercée sur notre ressource naturelle, tout en appuyant la contribution du secteur forestier à l'économie.

Statut du projet

  • En cours

Membre(s) de l'équipe

Dernière mise à jour :