Coupes sélectives

Le Canada se classe deuxième dans le monde parmi les principaux exportateurs de produits du bois

24 January 2018

Les exportations de produits du bois canadiens ont augmenté d’une année à l’autre depuis 2010. En 2016, le Canada a exporté 17 G$ de produits du bois, maintenant ainsi son rang parmi les plus importants exportateurs de produits du bois au monde.

Dans cette publication, nous comparons les exportations de produits du bois du Canada avec celles d’autres pays, relativement à leur type, leur taille et à leur importance. Nous discutons aussi des changements relatifs à ces classements depuis notre dernière publication en 2013.

Le tableau détaille les dix principaux exportateurs mondiaux de produits du bois en 2016, en indiquant leur part du marché mondial, la valeur (en dollars canadiens), l’équilibre commerciale des produits du bois, le pourcentage des exportations totales, le principal type d’exportations, et la variation en pourcentage de la part de marché.
Pays Part du marché mondial dans le total des exportations de produits du bois Valeur (en milliards de $ CAN) Balance commerciale des produits du bois Part du bois dans les exportations du pays Plus importante exportation de bois (type de bois) % de changement depuis 2012
Chine 12,8 % 18,1 - 0,64 % Panneaux 47,2 %
Canada 12,3 % 17,5 + 3,38 % Bois d’œuvre 74,5 %
États-Unis 8,4 % 12,0 - 0,62 % Bois d’œuvre 51,5 %
Allemagne 7,6 % 10,8 - 0,61 % Bois d’œuvre 30,5 %
Russie 6 % 8,6 + 2,28 % Bois d’œuvre 36,5 %
Autriche 4,1 % 5,9 + 3,06 % Bois d’œuvre 25,0 %
Pologne 3,9 % 5,6 + 2,10 % Menuiserie 59,5 %
Indonésie 3,6 % 5,1 + 2,68 % Panneaux 48,6 %
Suède 3,5 % 5,0 + 2,73 % Bois d’œuvre 15,4 %
Finlande 2,7 % 3,8 + 5,03 % Bois d’œuvre 39,0 %

Le Canada est le deuxième plus gros exportateur de produits du bois au monde avec le bois d’œuvre comme principal produit. Le classement du Canada n’a pas changé depuis 2012; toutefois, sa part du marché mondial des produits du bois a augmenté, passant de 10 % en 2012 à 12 % en 2016.

Les données relatives aux 10 principaux exportateurs étaient en général cohérentes avec notre analyse de 2012, mais leur classement a changé. La Chine continue d’être le plus gros exportateur de produits du bois. Le classement des États-Unis (É.-U.), de la Pologne et de l’Indonésie a connu une hausse en raison de la croissance rapide de leurs exportations, ce qui a occasionné une dégringolade de l’Allemagne et de la Suède. En général, les 10 principaux pays exportateurs représentaient ensemble 65 % du total des exportations de produits du bois dans le monde en 2016.

Même si les classements mondiaux des exportateurs de produits du bois ont changé au cours des dernières années, le type de produits du bois exporté de chaque pays est demeuré sensiblement le même. En 2016, le bois d’œuvre a été le principal type de produit du bois exporté, à l'exception de la Chine et de l’Indonésie qui ont été les principaux exportateurs de panneaux, et de la Pologne qui a exporté principalement du bois de menuiserie. L’Allemagne est le seul pays sur la liste qui a vu son type principal de produits du bois exporté changer depuis 2012 (des panneaux de fibres au bois d’œuvre).

Une mesure qui démontre l’importance du marché des produits du bois pour chaque pays est la part qu'il occupe dans le total des exportations. Avec 3,38 %, la nature des exportations du Canada dépend maintenant davantage des produits du bois qu'en 2012 (2,2 %). Comparativement, la Finlande (5,03 %) est le pays qui dépend le plus des produits du bois, alors que l’Allemagne (0,61 %) et les É.-U. (0,62 %) en dépendent le moins. Environ la moitié des 10 principaux exportateurs de produits du bois ont affiché des pourcentages relativement stables entre 2012 et 2016.

En général, le Canada demeure l’un des principaux exportateurs de produits du bois. Néanmoins, une autre croissance des exportations à moyen terme pourrait s’avérer être difficile en raison des pénuries prévues causées par les ravageurs (p. ex. le dendroctone du pin ponderosa dans l’Ouest et la tordeuse des bourgeons de l’épinette dans l’Est), les incidences croissantes des incendies de forêt, l’incertitude géopolitique et la volatilité des marchés.