Coupes sélectives

Vulnérabilité des usines de pâtes et papiers de la Colombie-Britannique face à l’infestation du dendroctone du pin ponderosa

16 November 2015

Au cours des dix dernières années, les usines de pâtes et papiers de la Colombie-Britannique ont bénéficié énormément d’une hausse de la demande des marchés asiatiques. Cependant, les répercussions de l’infestation du dendroctone du pin ponderosa limitent de plus en plus l’approvisionnement en fibre de la province. Depuis 2014, au moins deux scieries de la région de l’intérieur de la C.-B. ont fermé leurs portes en raison d’une pénurie de pin. D’autres fermetures sont attendues au cours des prochaines années. Parce que les usines de pâtes ont tendance à se procurer des copeaux de bois auprès des scieries à proximité, il est probable que l’incidence du dendroctone du pin ponderosa continue à toucher le sous-secteur des pâtes si plusieurs autres scieries ferment leurs portes.

Il existe une relation importante entre les usines de pâtes et papier et les scieries au Canada. Les usines de pâtes et papiers achètent des résidus de copeaux de bois des scieries à proximité, ce qui réduit la nécessité de procéder au déchiquetage de rondins entiers dont les coûts sont plus élevés. En outre, les scieries jouissent d’une source de revenus importante. Tandis que les scieries à proximité ferment leurs portes, les usines de pâtes et papiers doivent acheter et transporter des copeaux de bois de scieries plus éloignées, ou investir dans l’approvisionnement et déchiqueter elles-mêmes des rondins. Ces deux situations augmentent grandement les coûts d’exploitation d’une usine.

Pour évaluer le degré de vulnérabilité des usines de pâtes de la C.-B. face à une baisse de l’approvisionnement en pin, étudions tout d’abord la quantité de pin dont se sert actuellement l’industrie des pâtes et papiers dans la province.

Production de pâtes en C.-B. à partir de pin en 2014

Tableau détaillant la quantité estimative de pâtes produites à partir du pin en C.-B. en 2014, uniquement à l’étape de la production de pâtes. La liste des produits finis n’est pas fournie. Les données se fondent sur les données du T3 de 2014 de FisherSolve.
Utilisation du pin Nombre d’usines Production de pâtes à partir du pin (tonnes par an , tonne métrique séchée à l'air )
Pâte kraft blanchie de résineux de l’hémisphère nord Pâte chimico-thermomécanique blanchie Pâte kraft non blanchie de l’hémisphère nord Pâte à dissoudre
70 % ou plus 3 290 907 560632 n.d. n.d.
De 60 à 69 % 2 593 320 n.d. n.d. n.d.
De 40 à 59 % 4 461 184 n.d. 73 527 n.d.
De 20 à 39 % 2 127 238 68 094 n.d. n.d.
De 1 à 20 % 1 39 156 59 769 n.d. n.d.
Production totale en C.-B. 17 4 036 843 1 741 562 179 804 190 874

(Source : FisherSolve)

Le pin représente environ le tiers du matériel ligneux d’EPS (épinette-pin-sapin) en C.-B., et environ le cinquième de la totalité du matériel ligneux de la province. Il n’est donc pas surprenant que presque toutes les usines de pâtes et papiers de la C.-B. se servaient de fibres de pin en 2014. Dans le cas de plusieurs usines, le pin représente moins de la moitié de la source de fibre; ces usines seront probablement donc moins touchées par une pénurie de pin, parce qu’elles disposent d’autres sources de fibre.

Toutefois, des cinq usines qui utilisaient la proportion la plus élevée de pin en 2014 (au moins 60 %), quatre se trouvaient au centre de la région ravagée par le dendroctone du pin ponderosa. Elles produisent uniquement des pâtes. Leurs coûts de fabrication sont semblables à la moyenne nationale. Le coût ajouté pour remplacer au moins 60 % des fibres qu’elles utilisent par des rondins entiers au lieu d’avoir recours à des copeaux serait prohibitif.

Même si les perspectives du marché de la pâte kraft blanchie de résineux de l’hémisphère nord et de la pâte chimico-thermomécanique blanchie sont positives, la concurrence mondiale devrait, selon les attentes, continuer de s’intensifier. Cela signifie que la demande pour la matière première servant à la fabrication des pâtes, soit les copeaux, deviendra un déterminant de plus en plus important de la concurrentialité. La viabilité des usines de pâtes du quartile-médian de la C.-B. qui s’appuient fortement sur les copeaux de pin pourrait être en jeu, tandis que la source de fibre est de plus en plus limitée.