Coupes sélectives

Résultats financiers du secteur canadien des forêts en 2014

16 July 2015

Les résultats financiers des sociétés du secteur forestier du Canada ont continué de s’améliorer en 2014. Les dix plus grandes sociétés canadiennes cotées en bourse du secteur forestier du Canada1 ont fait état de revenus d’exploitation combinés positifs de 1,8 milliard de dollars, soit une hausse de 8 % par rapport à ceux de 2013, neuf d’entre elles indiquant qu’elles ont réalisé des revenus d’exploitation positifs. Collectivement, il s’agit là des revenus d’exploitation les plus élevés obtenus par ces entreprises au cours de la dernière décennie.

Revenus d’exploitation – 10 plus grandes sociétés canadiennes cotées en bourse du secteur forestier du Canada

Ce graphique montre les résultats financiers trimestriels des dix plus grandes sociétés canadiennes cotées en bourse de produits forestiers durant la période de 2005 à 2014. Combinées, les dix plus grandes sociétés canadiennes cotées en bourse du secteur des forêts du Canada ont fait état de revenus d’exploitation de 1,8 milliard de dollars, le plus haut total au cours des 10 dernières années.

La plupart des sociétés fortement exposées aux produits en bois massif ont continué de profiter d’un élan vigoureux grâce à une offre et une demande relativement équilibrées et à des prix généralement favorables, appuyés par une reprise de la demande américaine et une vigoureuse demande étrangère. Le total du volume des exportations canadiennes de bois d’œuvre résineux en 2014 a augmenté d’environ 5 % par rapport à 2013. Les volumes exportés aux États-Unis ont augmenté de 11 % par rapport à ceux de 2013, compensant ainsi la diminution de 5 % des expéditions en Chine, la première baisse subie au cours des 10 dernières années. Les prix de référence du bois composite se sont suffisamment renforcés pour éliminer tous les frais et restrictions en vertu de l’Accord sur le bois d'œuvre résineux (ABR) durant toute l’année 2014. Tirant profit de l’amélioration des bilans, certaines entreprises canadiennes ont continué de faire des investissements stratégiques. Des acquisitions aux États-Unis ont particulièrement permis de voir augmenter à 14 p. 100 en 2014 la capacité de sciage de bois d’œuvre de scieries aux États-Unis dont les actions appartiennent à des intérêts canadiens.

Le rendement financier des sociétés qui ont une plus grande exposition aux produits de pâtes et papiers s’est également considérablement amélioré, principalement grâce à l’amélioration des prix de la pâte de bois résineux – en 2014, le prix moyen en dollars américains de la pâte kraft blanchie de résineux de l’hémisphère nord (NBSK) produite en Amérique du Nord a connu une hausse de 9 % comparativement au prix de 2013. La valeur des exportations de NBSK a augmenté de 13 % en 2014, malgré des volumes expédiés qui n’ont presque pas changé en raison des prix plus élevés et de la dépréciation du dollar canadien. Certaines sociétés canadiennes ont également profité de l’augmentation des revenus issus des sous-produits et des ressources énergétiques.

La dépréciation du dollar canadien s’est poursuivie en 2014, avec des taux de change mensuels moyens en baisse de 8 % par rapport au dollar américain, de décembre 2013 à décembre 2014, ce qui a donné aux sociétés canadiennes un avantage concurrentiel sur les marchés mondiaux. D’un autre côté, cela a augmenté le fardeau financier pour les sociétés canadiennes  aux prises avec une dette libellée en dollars américains.

1Les dix plus grandes sociétés canadiennes cotées en bourse de produits forestiers sont : Domtar, Resolute, Cascades, West Fraser Timber, Canfor, Tembec, Norbord, Mercer, Catalyst et Western Forest Products.