Coupes sélectives

La hausse des prix courants de la pâte soutenue en augmentant les rabais

31 January 2014

Lorsque le prix est établi en dollars canadiens, les prix courants nord-américains pour la pâte kraft blanchie de résineux de l'hémisphère nord (KBRN) ont affiché une croissance stable au cours de la dernière décennie, augmentant en moyenne de 15 $/tonne par année durant cette période. Il s’agit là d’un résultat contre-intuitif pour certains observateurs du marché, étant donné que la demande pour l’utilisation finale première de pâte KBRN (papiers d’impression et d’écriture) a considérablement diminué (de 25 à 33 %, selon la catégorie) durant cette période, entraînant du coup plusieurs fermetures d’usines de pâtes et papiers. Toutes choses étant égales, on pourrait s’attendre à un prix à la baisse, puisque les usines qui ont survécu seraient vraisemblablement livrées à une concurrence féroce entre elles et celles ayant les coûts de production les plus bas seraient les moins susceptibles de fermer, entraînant ainsi de plus faibles coûts de production marginaux pour le secteur et une tendance à long terme vers des prix à la baisse. Il s’agit effectivement de la tendance qui prévaut dans le secteur du papier journal pour l’instant.

Plusieurs explications (qui ne s’excluent pas mutuellement) ont été données, notamment : les coûts à la hausse de la fibre et de l’énergie, une capacité mondiale limitée face à une demande accrue d’utilisations de plus grande valeur, comme le papier-mouchoir et le papier d’emballage et les conversions en pâtes pour dissolution, en flocons et autres catégories de pâtes chimiques de valeur supérieure. Cependant, on tient rarement compte d’un facteur qui contribue fortement à cet effet, soit le rôle des rabais sur les prix de vente accordés aux clients à long terme.

Prix libellés, courant et de vente nord-américains de la pâte KBRN en dollars canadiens (de 2003 à 2013)

Ce graphique linéaire simple à deux axes illustre l’évolution des prix nord-américains mensuels de la pâte KBRN durant la période de 2003 à 2013. Bien que chacun des prix courants soit extrêmement variable, combinés, ils montrent une forte tendance à la hausse, tandis que les prix de vente restent les mêmes. Le rabais moyen à la vente sur le prix courant (deuxième axe) augmente de façon linéaire de 8 % en 2003 à 22 % en 2013.

Au cours de la même période durant laquelle les prix courants ont augmenté (en moyenne) de 150 $/tonne, les prix de vente réels ont été presque parfaitement stables. Cela s’explique par une augmentation très stable des rabais moyens sur le prix de vente par transaction, de 8 % en 2003 à 22 % en 2013. Cette augmentation importante des rabais est également évidente dans d’autres catégories de pâtes chimiques, comme la pâte kraft blanchie d'eucalyptus. Bien que ce soit impossible de prétendre expliquer ce phénomène avec une confiance absolue, il semble probable que la hausse des rabais soit le fruit de la convergence des intérêts des acheteurs et des vendeurs de pâtes commerciales. Des mesures incitatives encouragent les fabricants de pâtes à offrir des rabais plus importants aux fabricants de papier, puisque le nombre d’acheteurs potentiels diminue en raison de la consommation à la baisse de papier : les rabais constituent un outil important pour obtenir et maintenir la fidélité des clients. En même temps, les fabricants de papier profitent de mesures incitatives favorisant la stimulation à la hausse des prix du marché de la pâte : l’apparence de la hausse des coûts de production leur donne un outil qui justifie les coûts plus élevés du papier imposés à leurs propres clients. Ces mesures incitatives contribuent à un marché affichant une forte pression à la hausse sur les prix de vente, malgré une demande à la baisse et un rendement global sans cesse croissant. Elles devraient également servir à rappeler aux analystes l’importance de non seulement convertir les prix libellés en dollars américains dans les devises employées par les producteurs (de façon à limiter les effets des taux de change), mais aussi d’accéder aux prix de vente, le cas échéant : les chiffres affichés ne révèlent pas toujours tout.