Coupes sélectives

Les marges d'exploitation des produits du bois augmentent

4 July 2013

Dans nos articles précédents, nous avons parlé des tendances du revenu net des dix plus grandes sociétés cotées en bourse du Canada. Bien que le revenu net soit un indicateur financier très important, car il représente le revenu total de l’entreprise après déduction de toutes les dépenses, il importe de tenir compte aussi du bénéfice d'exploitation qui est le revenu déclaré par l’entreprise qui provient de ses activités de base et qui est établi sans tenir compte de ses autres rubriques (comme les investissements dans le marché des valeurs mobilières et les opérations sur les biens immobiliers). En particulier, à partir de la marge d’exploitation (le rapport du bénéfice d'exploitation au total des ventes), nous pouvons mieux comprendre l’évolution de la profitabilité des activités de base des entreprises dans le temps.

Marges d’exploitation des dix plus grandes entreprises canadiennes cotées en bourse

Ce graphique montre l’amélioration des bilans financiers des entreprises canadiennes du secteur forestier : en moyenne, leurs marges bénéficiaires d’exploitation ont plus que doublé sur douze mois en passant de 2,5 % au T1 2012 à 5,3 % au T1 2013. Au T1 2012, les entreprises les plus exposées aux produits des pâtes et papiers ont déclaré une marge d’exploitation de 4,4 %, nettement supérieure à la marge d’exploitation négative (- 0,6 %) des entreprises les plus exposées aux produits du bois massif. Cependant, au T1 2013, les entreprises les plus exposées aux produits du bois massif ont déclaré une marge d’exploitation de 14,4 % en moyenne. Entre-temps, la marge d’exploitation des entreprises les plus exposées aux produits des pâtes et papiers a diminué au T1 2013 et était en moyenne de 0,6 %.

[snippet]name=dlink&id=2765&text=Description détaillée [/snippet]

Le graphique ci-dessus montre la marge d’exploitation moyenne des dix plus grandes entreprises canadiennes cotées en bourse au T1 2012 et au T1 2013. Il montre clairement l’amélioration des bilans financiers des entreprises canadiennes du secteur forestier : la marge d’exploitation moyenne a plus que doublé sur douze mois en passant de 2,5 % au T1 2012 à 5,3 % au T1 2013.

Il illustre aussi les variations du rendement financier des entreprises canadiennes du secteur forestier. Au T1 2012, les entreprises les plus exposées aux produits des pâtes et papiers ont déclaré une marge d’exploitation de 4,4 %, nettement supérieure à la marge d’exploitation négative (- 0,6 %) des entreprises les plus exposées aux produits du bois massif. Cependant, au T1 2013, cette tendance s’est inversée complètement et les entreprises les plus exposées aux produits du bois massif ont déclaré une impressionnante marge d’exploitation de 14,4 % qui représente une amélioration importante par rapport à l’année dernière. Entre-temps, les marges bénéficiaires d’exploitation des entreprises les plus exposées aux produits des pâtes et papiers ont diminué au T1 2013 et ont été en moyenne de 0,6 %.

Ces fluctuations du rendement financier reflètent la volatilité des marchés des produits forestiers, mais elles montrent aussi l’importance stratégique de la diversification et de la transformation pour les entreprises du secteur des produits forestiers.