Coupes sélectives

Du papier pour le peuple! L’influence de la proximité des marchés sur le secteur des pâtes et papiers de l’Ontario

5 June 2013

Étant donné l’abondance des forêts du Canada, il est tentant de penser que la structure de notre industrie est déterminée principalement par cette abondance des ressources. Cependant, la proximité des marchés (c’est-à-dire des consommateurs) est un facteur au moins aussi important que la proximité des matières premières pour la détermination de la structure du secteur forestier. 

Le secteur des pâtes et papiers de l’Ontario illustre bien ce fait. À la fin de 2012, l’Ontario avait vingt usines de pâtes et papiers en activité appartenant à douze sociétés différentes. Treize de ces usines sont situées dans un rayon de 250 km autour de la ville de Toronto tandis que les sept autres sont réparties dans le Nord de l’Ontario et se trouvent en moyenne à 1 100 km de la capitale provinciale.

Le tableau compare la production et l'emploi des usines de pâte et papier du Nord de l'Ontario avec la production et l'emploi des usines à moins de 250 km de Toronto pour l'année 2012.
  < 250 km de Toronto Nord de l’Ontario
Nombre d’usines 13 7
Nombre d’employés 1 700 2 400
Production (en milliers de tonnes)
Pâte commercialisée 0 1 366
Papier journal 232 749
Papier d’impression et d’écriture 0 175
Papier d’emballage 1 273 10
Papier mouchoir et serviettes 225 0
Total 1 730 2 300

Examinons les types de produits fabriqués. Les usines du Sud de l’Ontario sont situées très près des grandes populations ou même au centre de celles-ci et sont par conséquent les plus proches des consommateurs. En conséquence, elles fabriquent généralement des produits « à valeur ajoutée », c’est-à-dire des produits hautement transformés, généralement peu denses et par conséquent fragiles et dont le transport coûte cher. Ces produits sont de plus généralement des produits spécialisés dont la commercialisation est plus profitable que celle des autres. De fait, 87 % (en masse) de la production de pâtes et papiers du sud de l’Ontario appartiennent à cette catégorie (papier d’emballage, papier mouchoir et serviettes).

En Ontario, 99 % du papier d’emballage et 100 % du papier mouchoir et des serviettes sont produits dans un rayon de 250 km autour de Toronto. C’est logique. Après tout, pourquoi mettre une boîte dans une autre boîte pour l’expédier à un endroit où un client sortira cette boîte de l’autre boîte afin d’y mettre quelque chose pour l’expédier ailleurs? De plus, comme le papier hygiénique est délicat et facile à endommager, il est logique de produire la pâte qui le compose près de la forêt puis d’expédier cette pâte là où se trouvent les consommateurs et de la transformer en papier hygiénique près du marché. C’est-à-dire que plus il est probable qu’un produit sera consommé directement par les consommateurs, plus il est avantageux de le produire à proximité des grands centres de population.

Dans le Nord de l’Ontario, par contre, 99 % de la production appartiennent à la catégorie des « produits de base » (pâte commercialisée, papier journal et papiers d’impression et d’écriture). Ces produits sont relativement denses et, en conséquence, ils sont assez durables et le coût de leur transport est relativement faible. Leur diversité est également relativement réduite. Le fait qu’il soit relativement impossible de distinguer les produits de cette catégorie fabriqués par différentes entreprises est même un argument de vente important.

Bien que les pâtes et papiers de l’Ontario aient été cités comme exemple, le cas peut être généralisé à l’échelle internationale. En général, il est beaucoup plus profitable de fabriquer les produits à valeur ajoutée (qu’ils soient forestiers ou non) à proximité des consommateurs que loin d’eux. En conséquence, les parties du monde qui ont des matières premières en abondance mais dont les populations sont relativement petites (compte non tenu des frontières) expédient généralement des matières premières et des produits de base vers les centres de population pour qu’ils y soient transformés en produits finis.