Coupes sélectives

La situation de l’emploi dans le secteur forestier en 2012 : stable mais des problèmes persistent

9 April 2013

Il semble que le marché de l’emploi ait repris le dessus dans le secteur forestier canadien. Après une croissance pratiquement inexistante en 2011, le niveau de l’emploi a augmenté de 1 %  en 2012, avec 235 900 emplois. Il est vrai qu’il ne s’agit que d’une faible augmentation, mais c’est la première hausse observée depuis 2002.

Toutefois, ce ne sont pas toutes les régions qui ont enregistré une croissance de l’emploi (voir la figure ci-dessous).  Dans les provinces de l’Atlantique et les Prairies, l’emploi a baissé de 6,5 % et de 10,3 % respectivement. Ces baisses ont été plus que compensées par les hausses enregistrées au Québec (2,4%), en Ontario (4 %) et en Colombie-Britannique (6,1 %). Le Québec continue d’être le plus important employeur du secteur forestier du Canada, suivi de la Colombie-Britannique et de l’Ontario, qui sont pratiquement à égalité.

Emploi dans le secteur forestier (par région)

 Le présent graphique montre l’évolution de l’emploi dans le secteur forestier canadien entre 1990 et 2012, avec une ventilation par régions. Les tendances en matière d’emploi varient d’une région à l’autre. Même si dans les provinces de l’Atlantique et les Prairies l’emploi a baissé de 6,5 % et de 10,3% respectivement, il a augmenté de 2,1 %, et de 4 % et de 6,1 % au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique, respectivement.

Par ailleurs, les tendances en matière d’emploi diffèrent de façon considérable d’un sous-secteur forestier à l’autre (voir la figure ci-dessous). Entre 2004 et 2009,  le secteur forestier a été frappé durement par l’effondrement du marché du logement américain et la récession mondiale, entraînant la suppression de près d’un tiers (1/3) des emplois dans l’ensemble des sous-secteurs. Depuis, l’emploi dans le secteur de la fabrication de produits ligneux a commencé à se redresser, et l’emploi dans les activités secondaires et dans l’industrie forestière et de l’exploitation forestière s’est stabilisé. Toutefois, l’emploi dans le secteur de la fabrication de produits de pâtes et papier continue sa décroissance.

Emploi dans le secteur forestier (par secteur)

 Le présent graphique montre l’évolution de l’emploi dans le secteur forestier canadien entre 1990 et 2012, avec une ventilation par sous-secteur forestier. En 2012, on comptait un total de 235 900 emplois. Il est vrai qu’il ne s’agit que d’une légère hausse de 1,1 % par rapport au niveau de 2011, mais c’est bien la première hausse observée depuis dix ans. Bien que l’emploi dans les activités de soutien et dans le secteur de la fabrication de produits du bois connaisse un redressement, l’emploi dans l’industrie de la foresterie et de l’exploitation forestière, ainsi que dans le secteur de la fabrication de produits de pâtes et papier, est toujours en décroissance.

En 2012, on comptait 68 200 emplois dans le secteur de la fabrication de produits de pâtes et papier, une baisse de 8,8 % par rapport au niveau de 2011, soit le plus bas niveau atteint depuis 1990. Cette diminution n’était toutefois pas surprenante étant donné les énormes défis que le secteur doit affronter, en commençant par le déclin structurel des secteurs du papier journal et du papier impression-écriture, suivi d’un ralentissement cyclique du marché de la pâte.

L’emploi dans le secteur de la fabrication de produits ligneux a repris le dessus, avec une croissance de +2,7 % (115 900 emplois). Il s’agit d’un signe clair que le secteur de la fabrication du bois se reprend, grâce au rebondissement du marché américain du logement et à un marché robuste de l’exportation outre-mer du bois, en particulier en Chine.

Chose étonnante, l’emploi dans l’exploitation forestière a baissé de 2,7 % (25 600 emplois), alors que l’emploi dans les activités de soutien a connu une croissance de +35,8 % (26 200 emplois). Il semble que le déclin du secteur de pâte et papier ait eu une incidence plus grande sur l’emploi dans l’exploitation forestière que les augmentations d’activité associées à la fabrication des produits ligneux. Il n’est pas clair pourquoi l’emploi dans les activités de soutien a connu une hausse aussi marquée. De futures données nous aideront à déterminer s’il s’agit d’une anomalie statistique ou si la tendance se maintient.

Compte tenu du redressement continu du marché du bois d’œuvre et de celui des panneaux de bois, le secteur de la fabrication de produits de bois devrait très probablement continuer à afficher une croissance de l’emploi en 2013. Entre-temps, étant donné que le secteur de la fabrication de la pâte et papier continue d’affronter des défis, la pression à la baisse sur l’emploi dans ce secteur devrait sans doute se poursuivre. Dans l’ensemble, nous espérons des améliorations modestes dans le secteur de l’emploi tout au long de 2013.