Coupes sélectives

Importations de bois d’œuvre en Chine en 2012 : une première baisse

14 February 2013

Le volume des importations de bois d’œuvre résineux de la Chine a connu une légère baisse en 2012 (-4,7 %), la première baisse depuis la forte remontée des importations en 2000. Tel que mentionné dans notre précédent blogue, ce ralentissement est attribuable surtout à la mise en œuvre d’un ensemble de politiques gouvernementales de resserrement visant à maîtriser la hausse rapide du prix des logements, et leur incidence sur les nouvelles constructions.

Compte tenu des conditions de marché défavorables, le Canada se porte relativement bien dans l’ensemble, avec une part de marché de 45 % (une baisse de seulement 0,6 % par rapport à 2011). Cependant, avec la diminution de la taille globale du marché, cela représente tout de même une réduction de 6 % du volume des exportations canadiennes de bois d’œuvre résineux en Chine entre 2011 et 2012. Entre-temps, les importations des États-Unis ont connu une baisse de 42 %, et leur part de marché a diminué, passant de 8 % à 5 %, durant cette même période.

Importations de bois d’œuvre résineux en Chine

 Le présent graphique montre l’évolution des importations de bois d’œuvre résineux de la Chine de 1995 à 2012, y compris la ventilation des importations par partenaires commerciaux, tels que le Canada, la Russie et les États-Unis. Les importations de bois d’œuvre résineux de la Chine, après plusieurs années de croissance exponentielle, ont fléchi quelque peu en 2012. Il s’agit de la première baisse depuis la forte remontée des importations qui a commencé en 2000. Le volume des importations de bois d’œuvre résineux a baissé de 4,7% par rapport au niveau de 2011.

[snippet]name=dlink&id=2565&text=Description détaillée [/snippet]

Les producteurs nord-américains ont absorbé la baisse des importations du bois d’œuvre résineux de la Chine, et les importations d’autres grands exportateurs ont même augmenté, en ce qui concerne la part de marché et le volume des importations. Le plus grand pourcentage de gains a été observé en Nouvelle-Zélande (+18 %), au Chili (+18 %) et en Russie (+3 %). Le total des augmentations du volume des importations de ces trois pays représentait 0,2 million de mètres cubes, ce qui est négligeable compte tenu du marché d’importation de plus de 14 millions de mètres cubes.

Est-ce que l’Amérique du Nord est en train de perdre sa part du marché chinois?  Notre réponse est « probablement pas ». Il est plus probable que les prix élevés du bois d’œuvre nord-américain et la demande intérieure croissante détournent l’attention des producteurs nord-américains de bois d’œuvre qui cherchent à répondre aux besoins d’un marché nord-américain plus lucratif.

Prochainement, la production intensifiée de bois d’œuvre nord-américaine soutenue par la vigueur des prix, combinée à une reprise de la demande chinoise, pourrait entraîner la stabilisation des exportations en Chine, quoique si la demande intérieure continue d’augmenter, les producteurs pourraient porter une attention renouvelée aux marchés nord-américains, entraînant un certain recul des exportations en Chine. Cette opinion n’est toutefois pas partagée par tout le monde; en effet, quelques analystes prévoient même une croissance de 7 % des exportations de bois d’œuvre du Canada en Chine en 2013.