Coupes sélectives

Poursuite de la hausse du prix unitaire à l’exportation du bois d’œuvre canadien vers la Chine

25 January 2013

Le prix composite du bois de charpente toutes longueurs a augmenté de façon surprenante pendant 14 semaines consécutives avant d’atteindre 400 $ américains le 18 janvier 2013. La hausse des prix et l’accroissement de la demande à la suite du redressement du marché américain de l’habitation (le total des mises en chantier d’habitation ayant bondi à 954 000 en décembre, une hausse de 37 % sur douze mois) ont fait en sorte que, entre janvier et novembre, la valeur des exportations du bois d’œuvre canadien aux États-Unis a augmenté de 22 % par rapport à la même période en 2011. Le volume des exportations de bois d’œuvre a augmenté de seulement 9 %, indiquant que le prix unitaire à l’exportation était davantage responsable de la hausse que les volumes accrus.

Étonnamment, la situation des exportations de bois d’œuvre vers la Chine est toute autre. De janvier à novembre 2012, le volume des exportations a également très peu changé, mais contrairement aux exportations vers les États-Unis, la valeur des exportations de bois d’œuvre canadien vers la Chine a en fait baissé de 6 %. Pourquoi cela? Parce que, en bref, le prix unitaire à l’exportation vers la Chine était bas pendant la plus grande partie de la première moitié de 2012 (voir figure)1. Par exemple, le prix implicite des exportations de bois d’œuvre vers la Chine en janvier 2012 a chuté de près de 20 % comparativement au niveau de janvier 2011. Cette baisse du prix est sans doute attribuable à l’affaiblissement de la demande de bois d’œuvre à cause de l’épuisement des stocks pendant que le marché chinois de l’habitation connaissait un ralentissement : les restrictions imposées à l’achat d’immeubles de placement (début 2011) ont provoqué une baisse des ventes d’habitations, entraînant un recul de l’activité sur le marché de l’habitation six mois plus tard. Bien que le prix des logements se soit stabilisé, le revenu des ménages continue d’augmenter et est accompagné d’une forte urbanisation, poussant à la hausse la demande pour des habitations en ville depuis la mi-2012. La reprise des activités de construction (même si elles sont menées à un rythme plus modéré) associée à l’achèvement des projets prévus d’habitations soutient la remontée des prix du bois d’œuvre depuis juin 2012 (voir figure). Le prix moyen des exportations vers la Chine est désormais plus élevé que le prix moyen des exportations vers les États-Unis (voir figure).

Prix implicites à l’exportation du bois d’œuvre canadien

Le présent graphique montre l’évolution des prix moyens à l’exportation du bois d’œuvre canadien vers les États-Unis et la Chine de mai 2007 à novembre 2012. Les prix moyens à l’exportation vers la Chine sont restés bas durant la première moitié de 2012 avant d’avoir considérablement rebondi durant l’autre moitié de l’année. Le prix moyen à l’exportation du bois d’œuvre vers la Chine en janvier 2012 a chuté de près de 20 % comparativement au prix observé à la même période en 2011, mais à dépassé le prix moyen à l’exportation vers les États-Unis en novembre.

[snippet]name=dlink&id=2521&text=Description détaillée [/snippet]

Une demande soutenue et une hausse du prix du bois d’œuvre devraient aider à faire augmenter la valeur des exportations de bois d’œuvre en Chine en 2013.

1 Les prix implicites sont calculés à partir de données sur le volume des exportations et de données sur la valeur à l’exportation. Ils sont généralement considérés comme étant moins instructifs que les prix mesurés explicitement, en raison d’un grand nombre d’incertitudes concernant les données et d’un manque d’information sur la façon dont la qualité influe sur les prix. Cependant, ces prix s’avèrent d’importantes mesures de l’importance des exportations à l’échelle nationale.