Publications du Service canadien des forêts

Changing climate, vegetation, and fire disturbance in a sub-boreal pine-dominated forest, British Columbia, Canada. 2017. Brown, K.J.; Hebda, N.J.; Conder, N.; Golinksi, K.G.; Hawkes, B.; Schoups, G.; Hebda, R.J. Canadian Journal of Forest Research 47(5):615-627.

Année : 2017

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 38933

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1139/cjfr-2016-0283

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

L’historique des feux, la végétation et le climat de l’Holocène ont été reconstitués grâce au pollen, aux mollusques et au charbon de bois provenant des sédiments de deux lacs (Scum et Norma) collectés sur le plateau Chilcotin en Colombie- Britannique, au Canada. À la fin de la période glaciaire, la steppe froide prévalait et les feux étaient rares. La steppe à Artemisia a pris de l’expansion au tout début de l’Holocène à mesure que le climat devenait plus chaud et plus sec et les bassins peu profonds se sont asséchés. La fréquence élevée des feux de surface maintenait la steppe. L’essor du genre Pinus qui a débuté il y a 10 200 ans annonce des conditions plus humides et l’établissement des peuplements de Pinus ponderosa P. & C. Lawson et Pinus contorta Dougl. ex Loud. avec des feux de surface dans le premier cas et des feux plus sévères dans le second cas. Un refroidissement survenu il y a environ 8500 ans a favorisé P. contorta et un régime de feux de cime a probablement prévalu avec des feux de surface intermittents. Les bassins peu profonds ont commencé à se remplir d’eau. Au milieu de l’Holocène, les bassins ont continué à se remplir et l’abondance du genre Picea a légèrement augmenté. La fréquence des feux a diminué mais leur sévérité a augmenté. Durant les trois derniers millénaires, les forêts modernes dominées par P. contorta se sont établies à la suite de perturbations de sévérité mixte causées par les feux. Prenant en considération l’avenir, les résultats de cette étude s’harmonisent bien avec les simulations des niches climatiques des écosystèmes, indiquant que des communautés non arboricoles et de forêts ouvertes peuvent encore largement prévaloir sur le plateau avec des feux de surface. Les gestionnaires du territoire ont besoin de développer des stratégies pour gérer la prochaine transformation.

Résumé en langage clair et simple

Afin de comprendre la façon dont un certain type de perturbation par le feu pourrait changer dans l’avenir, il importe de comprendre son évolution au fil du temps. La recherche actuelle est axée sur les dossiers de l’étude sur l’écologie des fossiles trouvés à deux lacs du plateau Chilcotin, lequel est principalement composé de pin, en Colombie-Britannique. Les dossiers ont été analysés pour divers indicateurs liés à l’écologie, au climat et à la perturbation par le feu. En examinant l’évolution de ces indicateurs au fil du temps, il est possible d’établir comment les changements dans le climat et la végétation ont une incidence sur la perturbation par le feu. Les résultats montrent que le climat a changé au fil du temps, passant de froid et sec à un climat chaud et sec, puis à un climat frais et humide. La végétation a également changé, passant d’une steppe froide à une prairie d’armoise pour finalement devenir une forêt de pins. Les types de feu se produisant dans cette région ont également changé, passant de ce qui est appelé un régime de feu de surface à un régime de feu à intensité variable. Les dossiers historiques de l’écologie des fossiles et les résultats de notre modélisation informatique indiquent que la région à l’étude changera dans l’avenir à mesure que le climat se réchauffera et qu’il y aura moins d’arbres. Le régime de feux à intensité variable moderne pourrait donc être remplacé par un régime de feux de surface. Les aménagistes doivent désormais élaborer des stratégies pour gérer ces changements à venir.

Dernière mise à jour :