Publications du Service canadien des forêts

Biomass offsets little or none of permafrost carbon release from soils, streams, and wildfire: an expert assessment. 2016. Abbott, B.W.; Jones, J.B.; Schuur, E.A.G.; Chapin III, F.S.; Bowden, W.B.; Bret-Harte, M.S.; Epstein, H.E.; Flannigan, M.D.; Harms, T.K.; Hollingsworth, T.N.; Mack, M.C.; McGuire, A.D.; Natali, S.M.; Rocha, A.V.; Tank, S.E.; Turetsky, M.R.; Vonk, J.E.; Wickland, K.P.; Aiken, G.R.; Alexander, H.D.; Amon, R.M.W.; Benscoter, B.W.; Bergeron, Y.; Bishop, K.; Blarquez, O.; Bond-Lamberty, B.; Breen, A.L.; Buffam, I.; Cai, Y.; Carcaillet, C.; Carey, S.K.; Chen, J.M.; Chen, H.Y.H.; Christensen, T.R.; Cooper, L.W.; Cornelissen, J.H.C.; de Groot, W.J.; DeLuca, T.H.; Dorrepaal, E.; Fetcher, N.; Finlay, J.C.; Forbes, B.C.; French, N.H.F.; Gauthier, S.; Girardin, M.P.; Goetz, S.J.; Goldammer, J.G.; Gough, L.; Grogan, P.; Guo, L.; Higuera, P.E.; Hinzman, L.; Hu, F.S.; Hugelius, G,; Jafarov, E.E.; Jandt, R.; Johnstone, J.F.; Karlsson, J.; Sasischke, E.S.; Kattner, G.; Kelly, R.; Keuper, F. ; Kling, G.W.; Kortelainen, P.; Kouki, J.; Kuhry, P.; Laudon, H.; Laurion, I.; Macdonald, R.W.; Mann, P.J.; Martikainen, P.J.; McClelland, J.W.; Molau, U.; Oberbauer, S.F.; Olefeldt, D.; Paré, D.; Parisien, M.-A.; Payette, S.; Peng, C.; Pokrovsky, O.S.; Rastetter, E.B.; Raymond, P.A.; Raynolds, M.K.; Rein, G.; Reynolds, J.F.; Robards, M.; Rogers, B.M.; Schädel, C.; Schaefer, K.; Schmidt, I.K.; Shvidenko, A.; Sky, J.;Spencer, R.G.M.; Starr, G.; Striegl, R.G.; Teisserenc, R.; Tranvik, L.J.; Virtanen, T.; Welker, J.M.; Zimov, S. Environmental Research Letters 11(2016)034014.

Année : 2016

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 36630

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1088/1748-9326/11/3/034014

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé en langage clair et simple

Le présent article est une synthèse internationale clé des opinions de près de 100 scientifiques étudiant le pergélisol, réunies en 2013 par le truchement d’évaluations de spécialistes. La région pergélisolée capte annuellement en moyenne 500 terragrammes de carbone de l’atmosphère, ce qui en fait un « puits » de carbone. Avec les changements climatiques, une grande partie du pergélisol des régions arctiques et boréales du monde entier devrait fondre, relâchant une grande quantité de carbone dans l’eau et l’air, et augmentant de près de quatre fois les risques de feux d’ici la fin du siècle. Ce relâchement de carbone représente de 10 à 30 p. 100 des émissions de gaz à effet de serre requises pour faire passer le climat mondial au-delà de la barre des 2 ⁰C. Une partie de ce carbone devrait favoriser la croissance de nouvelles plantes dans l’Arctique et les régions boréales et augmenter la « biomasse » qui retire le carbone de l’environnement. Cette biomasse pourrait initialement répondre rapidement au réchauffement, captant une partie, voire tout le carbone relâché. Toutefois, selon tous les modèles climatiques à l’échelle mondiale, à mesure que le climat se réchauffera, la région pergélisolée ne sera pas en mesure d’absorber autant de carbone qu’elle n’en produit et deviendra une « source » nette de carbone d’ici 2100. Les émissions relâchées par le pergélisol pourraient être cinq fois plus élevées selon le scénario des changements climatiques qui se concrétisera, à savoir le scénario du statu quo ou celui des réductions dynamiques des émissions humaines. Ce dernier scénario permettrait d’empêcher le relâchement de 65 à 85 p. 100 du carbone contenu dans le pergélisol.

Dernière mise à jour :