Publications du Service canadien des forêts

Evidence for a substantial host use bottleneck following the invasion of an exotic, polyphagous weevil. 2015. Moise, E.; Forbes, G.B.H.; Morrison, A.; Sweeney, J.D.; Hillier, N.K.; Johns, R.C. Ecological Entomology 40: 796–804.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 36409

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI (identifiant d'objet numérique) : 10.1111/een.12268

† Ce site peut exiger des frais.

Résumé

  1. Le succès de l’établissement de nouvelles interactions plantes–insectes pourrait dépendre de la disponibilité d’hôtes convenables, qui elle même est régie par la flexibilité inhérente de l’herbivore face aux plantes indigènes qui se trouvent dans sa nouvelle aire de répartition. L’orcheste du hêtre (Orchestes fagi L.), un polyphage, est un envahisseur récent de l’est du Canada et, bien que le hêtre soit son hôte principal, on ne sait pas exactement dans quelle mesure cette espèce utilise aussi des hôtes secondaires cooccurrents, comme on l’a observé dans son aire de répartition d’origine en Europe.
  2. Une combinaison d’essais alimentaires sur le terrain et en laboratoire a été utilisée pour quantifier l’utilisation d’hôtes secondaires par l’orcheste du hêtre. D’après la grande superficie de l’aire de répartition d’origine de l’espèce en Europe, il a été déterminé que le hêtre d’Amérique (Fagus grandifolia Ehrh.), ainsi que plusieurs autres espèces végétales, serait vulnérable aux dommages par l’orcheste du hêtre.
  3. Contrairement à cette prévision, l’alimentation de l’orcheste du hêtre s’est centrée presque exclusivement sur le hêtre dans les essais sur le terrain et en laboratoire. Ces résultats sont appuyés par des observations sur le terrain qui ont révélé l’absence d’orchestes du hêtre et d’œufs sur d’autres espèces que le hêtre. L’absence d’alimentation précédant la diapause sur une autre espèce-hôte représente un écart extrême sur le plan des habitudes alimentaires de l’espèce observées dans son aire de répartition d’origine.
  4. De manière générale, ce « goulot d’étranglement » sur le plan de l’utilisation des hôtes laisse croire que l’adoption d’un nouvel hôte principal par le O. fagi, le hêtre d’Amérique dans le cas présent, pourrait éliminer son besoin habituel d’utiliser des hôtes secondaires. Ces résultats indiquent un écart considérable sur le plan des habitudes alimentaires de l’espèce observées dans son aire de répartition d’origine, ce qui pourrait avoir des conséquences sur des paramètres connexes du cycle vital, comme la survie en hiver et la fécondité.

Résumé en langage clair et simple

L’orcheste du hêtre (Orchestes fagi L.) est un envahisseur récent de l’est du Canada et, bien que le hêtre soit son hôte principal, on ne sait pas exactement si cette espèce utilise aussi des hôtes secondaires cooccurrents, tel qu’observé dans son aire de répartition d’origine en Europe. En utilisant une combinaison d’observations, d’expériences sous cage et d’essais d’alimentation en laboratoire, nous avons constaté que l’espèce se nourrissait presque exclusivement de hêtre à grandes feuilles. De plus, bien qu’il soit reconnu que les jeunes orchestes se nourrissent avant d’hiverner en Europe, nous avons constaté dans le cadre de notre étude que les jeunes ne se sont pas alimentés. Dans l’ensemble, nos résultats suggèrent que l’orcheste est très restrictif dans ses choix d’hôte dans l’est du Canada¸ mais nous ignorons encore si ce constat est une caractéristique limitative ou adaptative. Jumelés avec l’absence de comportement d’alimentation chez les jeunes, ces changements auront d’importantes répercussions pour les processus, comme la reproduction et la survie hivernale. D’un point de vue pratique, ces résultats suggèrent que l’orchestre est peu susceptible d’endommager gravement des sources de bois autres que le hêtre à grandes feuilles.

Dernière mise à jour :