Publications du Service canadien des forêts

Fine root density distribution and biomass in second- and third-growth Douglas-fir stands on Vancouver Island, British Columbia. 2011. Lalumière, A.; Trofymow, J.A. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Information Report BC-X-428. 18 p.

Année : 2011

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 32888

Langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFP - Victoria)

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Résumé

En 2003 et 2004, on a mesuré la biomasse et la densité des radicelles et des racines ectomycorrhizées en procédant à des séquences de carottage du sol dans un peuplement de seconde venue de 54 ans de Douglas vert (Pseudotsuga menziesii [Mirbel] Franco var. menziesii), aux sites de recherche Fluxnet-Canada situés dans le centre-est de l’île de Vancouver, en Colombie Britannique. On a examiné les relations de la masse des radicelles et de la concentration de carbone (en % de C) avec la profondeur du sol, l’âge du peuplement et le substrat. Le pourcentage de C des radicelles variait de manière significative en fonction de l’âge du peuplement, était plus faible dans le sol forestier (LFH) et dans le sol minéral profond que dans les horizons pédologiques minces, et était plus faible dans les racines ectomycorrhizées (EM) que dans les autres types de racines (« non EM »). Ces résultats laissent supposer que les différences dans les pourcentages de C dans les racines, associées à la profondeur du sol et au stade de développement de la forêt devraient être prises en compte lorsque l’on met à l’échelle les données sur les racines, relatives au bilan de carbone (C). La densité totale des radicelles (masse/volume du sol) dans le LFH était le plus élevée dans le peuplement de 54 ans et diminuait en fonction de la profondeur dans le sol minéral; par ailleurs, la densité totale, la densité d’arbres vivants et la densité des racines de conifères dans le sol minéral étaient généralement le plus élevées dans le peuplement de 14 ans, de valeur moyenne dans le peuplement de 54 ans et le plus faible dans le peuplement de 3 ans. La densité des radicelles ectomycorrhizées était le plus élevée dans le peuplement de 54 ans, de valeur moyenne dans le peuplement de 14 ans et le plus faible dans le peuplement de 3 ans, et c’était notamment le cas dans le LFH et dans le sol minéral le plus mince. En général, la biomasse totale des radicelles (masse/ superficie) augmentait avec l’âge du peuplement dans le LFH, mais les profils étaient moins nets dans le sol minéral. Quand le LFH et le sol minéral étaient associés, la biomasse totale des radicelles était le plus faible dans le peuplement de 3 ans et le plus élevée dans les peuplements de 14 et de 54 ans. La biomasse des radicelles ectomycorrhizées était nettement plus élevée dans le peuplement de 54 ans que dans les peuplements de 14 ou de 3 ans. La biomasse plus élevée des radicelles dans le peuplement de 14 ans est un résultat inattendu; cependant, la biomasse plus élevée des racines ectomycorrhizées (EM) dans le peuplement de 54 ans laisse supposer qu’une plus forte proportion de carbone est allouée aux structures absorbantes éphémères des champignons ectomycorrhiziens dans les forêts de cet âge.

Dernière mise à jour :