Publications du Service canadien des forêts

Latridiidae (Coleoptera) of Atlantic Canada: new records, keys to identification, new synonyms, distribution, and zoogeography. 2009. Majka, C.G.; Langor, D.W.; Rücker, W.H. Canadian Entomologist 141(4): 317-370.

Année : 2009

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 30086

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Nous signalons la présence de 35 espèces de Latridiidae dans la région atlantique du Canada, 17 au Nouveau-Brunswick, 14 à Terre-Neuve, 31 en Nouvelle-Écosse et 14 à l’Île-du-Prince-Édouard. Cinquante-six de ces relevés représentent de nouvelles mentions provinciales (11 au Nouveau-Brunswick, 9 à Terre-Neuve, 23 en Nouvelle-Écosse, 13 à l’Île-du-Prince-Édouard). Vingt-deux espèces sont signalées pour la première fois dans la région atlantique du Canada. Parmi celles-ci, Cartodere (Aridius) bifasciata (Reitter), Enicmus histrio Joy et Tomlin, Latridius consimilis (Mannerheim), Corticaria elongata (Gyllenhal), C. impressa (Olivier), C. saginata Mannerheim, Corticarina longipennis (LeConte), Melanophthalma helvola Motschulsky et M. inermis Motschulsky sont récoltés pour la première fois au Canada et C. bifasciata, E. histrio et C. saginata en Amérique du Nord. Dienerella filiformis (Gyllenhal) est retiré des listes d’espèces du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard. Corticaria dentigera LeConte est enlevé des listes du Labrador et des Provinces Atlantiques. Melanophthalma inculta Motschulsky syn. nov. et M. signata Belon syn. nov. deviennent des synonymes plus récents respectivement de M. inermis Motschulsky et de M. picta (LeConte). Melanophthalma helvola Motschulsky redevient une espèce valide. Nous avons désigné des lectotypes et des paralectotypes de M. helvola et de M. americana (Mannerheim). Environ la moitié des espèces sont adventices (16 paléarctiques, 1 australienne) et la moitié indigènes (13 néarctiques, 3 holarctiques). Deux espèces ont une position zoogéographique incertaine. Bien que quelques espèces soient synanthropiques, plusieurs ont colonisé des habitats indigènes. La Nouvelle-Écosse possède le plus grand nombre d’espèces adventices, probablement à cause du transport maritime transatlantique. Le Nouveau-Brunswick en a le moins, à cause, au moins en partie, de l’insuffisance des inventaires. Nous discutons des dates des premières signalisations et des mécanismes d’introduction. Les faunes indigènes de l’Île-du-Prince-Édouard, du Cap-Breton et de Terre-Neuve semblent appauvries (33 % – 40 %) par comparaison à celles du continent adjacent. Bien que tous les latridiidés soient mycétophages, plusieurs montrent de nettes préférences d’habitat dans la région; cependant, la détermination du rôle écologique de ces espèces nécessitera des recherches supplémentaires.