Publications du Service canadien des forêts

Remise en production des bétulaies jaunes résineuses dégradées : étude du succès d'installation de la régénération. 2007. Gastaldello, P.; Ruel, J.C.; Lussier, J.M. The Forestry Chronicle 83(5) : 742-753.

Année : 2007

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 28089

Langue : Français

Résumé

La présence de nombreux peuplements dégradés dans la forêt feuillue et mixte nord-américaine pose un défi important de régénération. Ces peuplements sont relativement ouverts avec une strate arbustive composée surtout d’espèces non commerciales. La présente étude vise à vérifier l’efficacité d’une méthode de régénération naturelle combinant un cloisonnement et un scarifiage. Quatre peuplements dégradés de la zone de la forêt mixte au Québec ont été choisis et cloisonnés par débroussaillement. Un scarifiage a été conduit dans les bandes débroussaillées. Ce scarifiage a permis l’étude de quatre types de microsites : placeaux de 1 m et de 2 m de largeur, monticules et humus non perturbé. La quantité de semences de bouleau jaune dispersées sur le site a été adéquate pour deux des trois années étudiées. L’installation de la régénération de bouleau jaune a été favorisée par la perturbation de l’humus et a été en phase avec les années semencières. Elle a été plus importante sur les placeaux et les conditions lumineuses après trois ans y sont plus favorables que sur les monticules et les microsites non perturbés. Sur ces deux derniers, les conditions lumineuses ne permettront probablement pas la survie des semis à moyen terme. La réceptivité des lits de germination est liée à leur teneur en humidité. Les placeaux demeurent réceptifs au cours des trois années consécutives au traitement. La régénération des résineux a été faible, peu de semenciers étant présents. Cette étude a permis de démontrer que la présence de semenciers dans ces peuplements ouverts demeurait suffisante pour permettre la régénération du bouleau jaune. Elle a aussi permis de constater un retour rapide de la végétation compétitrice lorsque la préparation de terrain n’éliminait pas les systèmes racinaires et les banques de semences.