Publications du Service canadien des forêts

Post-harvest nitrogen cycling in clearcut and alternative silvicultural systems in a montane forest in coastal British Columbia. 2006. Titus, B.D.; Prescott, C.E.; Maynard, D.G.; Mitchell, A.K.; Bradley, R.L.; Feller, M.C.; Beese, W.J.; Seely, B.; Benton, R.A.; Senyk, J.P.; Hawkins, B.J.; Koppenaal, R.S. The Forestry Chronicle 62(6): 844-859.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 26653

Langue : Anglais

Résumé

L'essai MASS (Montane Alternative Silvicultural Systems) a été réalisé dans les montagnes côtières de la Colombie- Britannique dans le but de comparer les régimes sylvicoles de coupe à blanc, de coupes par bloc, de rétention d'arbres verts et de coupes progressives.Une série d'études a été réalisée lors de l'essai MASS afin de déterminer jusqu'à quel point ces divers niveaux de rétention du peuplement permettaient de conserver les qualités attribuées aux vieux peuplements au niveau du cycle de l'azote et des processus écologiques associés. La récolte tend accroître la minéralisation de l'azote dans le parterre forestier (2X) et dans le sol minéral (10X) et les fluctuations d'azote dans les 25 cm supérieurs du sol minéral (de 2X à 3X). Cependant, les fluctuations de l'azote n'étaient pas importantes (< 0.35 kg ha-1 par saison de croissance). L'azote minéralisé était constitué de façon prédominante par de l'ammonium et non des nitrates dans le sol forestier (> 95% dans tous les cas sauf la coupe à blanc, > 75% dans le cas de la coupe à blanc) et de l'horizon supérieur du sol minéral (42-86%). La partie nitrate provenait de la décomposition hétérotrophique de la matière organique, non pas de la conversion de l'ammonium en nitrate par autrophie, alors que l'accroissement des nitrates provenait de la diminution de la consommation brute des nitrates par la récolte, plutôt qu'une production accrue de nitrate. Les accroissements de la disponibilité de l'azote dans le sol provenant de la récolte se reflétaient par seulement de faibles accroissements de concentrations d'azote foliaire dans le semis de deux à quatre ans après l'exploitation (un maximum de 2% pour la pruche de l'Ouest et de 1.6% pour le sapin gracile) avant de décroître sous le seuil de carence pour les deux espèces. Somme toute, les pertes estimées d'azote dans la zone d'enracinement après la récolte (1 kg ha-1 an-1) étaient minimales en comparaison aux apports estimés d'azote (4 kg ha-1 an-1), aux pertes d'azote découlant de la récolte des billots (250 kg ha-1) et des réserves dans le sol (11 400 kg ha-1). Même s'il est peu probable qu'elles affectent la productivité future de la station, les pertes d'azote pourraient être réduites d'une certaine façon par l'application de coupes progressives.