Publications du Service canadien des forêts

Trends in hunter participation in Alberta, 1990 to 2000: an analysis of the hunter licensing system databases. 2005. Watson, D.O.; Boxall, P.C. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Northern Forestry Centre, Edmonton, Alberta. Information Report NOR-X-404. 42 p.

Année : 2005

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 25904

Langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFN - Edmonton)

Résumé

Après avoir atteint un maximum en 1965, le nombre de chasseurs actifs en Alberta n’a cessé de diminuer. Les auteurs ont utilisé des informations provenant de la base de données du système de délivrance des permis et de sondage des clients de l’Alberta (1990–1997) et de son successeur, le système de gestion de la délivrance des permis récréatifs (1998–2000), pour étudier l’évolution de la population des chasseurs dans cette province. L’objectif était d’émettre des hypothèses permettant d’expliquer le déclin observé et de proposer des stratégies capables d’en atténuer les effets. L’analyse des données montre que ce déclin devrait se poursuivre, d’une part parce que le nombre de nouveaux demandeurs de permis de chasse n’a cessé de diminuer sur la période étudiée et d’autre part parce que ces nouveaux chasseurs abandonnent plus souvent l’activité que les chasseurs issus de la cohorte initiale (1990). Le sexe et l’âge des chasseurs semblent jouer un rôle. Il s’avère en particulier que les femmes abandonnent plus souvent l’activité que les hommes, même si elles représentent une part croissante des nouveaux chasseurs. Les nouveaux chasseurs étaient généralement plus jeunes que les chasseurs de la cohorte 1990. Bien qu’ils aient, dans l’ensemble, abandonné plus souvent l’activité que les chasseurs de la cohorte 1990, les plus jeunes ont eu plus tendance à persévérer que leurs aînés. Le lieu de résidence ne semble pas être un facteur pesant sur le déclin observé, même si la distribution des chasseurs différait entre les zones rurales et les zones urbaines. Les données ont également été analysées en fonction de l’espèce chassée. Dans chaque cohorte, les chasseurs d’oiseaux représentaient une proportion moindre que celle des chasseurs de gros gibier ou des chasseurs polyvalents (ceux qui chassent le gros gibier et les oiseaux). La chasse des oiseaux a décliné de façon substantielle sur la période étudiée, alors que la chasse du gros gibier a pris plus d’importance. Le rapport conclut en mentionnant les travaux qui restent à faire pour éclaircir la nature des facteurs qui influent sur l’évolution à long terme de la chasse et déterminer les effets de cette évolution sur la gestion de la faune.