Publications du Service canadien des forêts

Carte du temps écoulé depuis le feu, répartition des classes d'âge et dynamique forestière dans la Forêt modèle du lac Abitibi. 2002. Gauthier, S.; Lefort, P.; Bergeron, Y.; Drapeau, P. Ressources naturelles Canada, Service canadien des forêts, Centre de foresterie des Laurentides, Sainte-Foy, Quebec. LAU-X- 125F. 10 p.

Année : 2002

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 22751

Langue : Français

Séries : Rapport d'information (CFL - Québec)

Résumé

De plus en plus on estime que les stratégies d'aménagement forestier durable devraient s'appuyer sur une bonne connaissance des régimes de perturbation et de la dynamique forestière. C'est dans ce contexte que des travaux portant sur l'historique des feux et la dynamique des forêts ont été entrepris dans la forêt modèle du lac Abitibi (FMLA). Dans un premier temps, à l'aide de photographies aériennes, de documents d'archives et de relevés de terrain, nous avons produit une carte du temps depuis le dernier feu pour l'ensemble du territoire de la forêt modèle. Cette carte a servi à calculer la répartition des classes d'âge, la distribution de la taille des peuplements, la composition forestière par classe d'âge de même que la longueur du cycle de feu pour différentes périodes. Les résultats indiquent que de grandes parties de la forêt n'ont pas brûlé depuis longtemps, ce qui permet de suggérer que dans la FMLA, les feux sont de grande taille, et que les intervalles entre deux feux au même endroit sont relativement longs. Dans les trois cents dernières années, la durée du cycle des feux augmente significativement passant de moins de 100 ans avant 1850 à plus de 400 ans après 1920. Les forêts n'ayant pas brûlé depuis plus de 100 ans représentent 78 % du territoire, dont 31 % n'ont pas brûlé depuis plus de 200 ans, et même 13 % depuis plus de 250 ans. Les groupes d'aménagement (GA) du pin gris, du bouleau à papier et du peuplier occupent toutes des superficies relatives plus grandes dans les peuplements issus de feux datant de 100 ans ou moins que dans les sites plus âgés, tandis que le GA de l'épinette noire et celui du sapin occupent une superficie plus importante dans les peuplements plus vieux que 100 ans. Généralement les mêmes tendances s'observent au niveau des espèces au sein des différents GA. L'âge moyen des peuplements forestiers est de 172 ans ce qui signifie que le cycle des feux dépasse la révolution habituelle du territoire. La différence entre la répartition des classes d'âge naturelle et la répartition résultant du système d'aménagement actuel est importante, car elle signifie soit la perte des forêts surannées, qui sont souvent considérées comme essentielles au maintien de la biodiversité, soit une réduction de la possibilité de coupe en raison de révolutions plus longues, si l'on respecte rigoureusement le cycle des perturbations naturelles. Nous suggérons qu'il est possible de concilier ces deux aspects en variant les traitements et en adoptant des pratiques sylvicoles visant à maintenir certaines caractéristiques structurales des peuplements surannés dans les forêts aménagées. D'ailleurs certaines pratiques comme la CPHRS, déjà à l'essai dans la FMLA s'avèrent prometteuse.