Publications du Service canadien des forêts

Mountain pine beetle and salvage harvesting influence on small stream riparian zones. 2009. Rex, J.; Krauskopf, P.; Maloney, D.; Tschaplinski, P.J. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Mountain Pine Beetle Working Paper 2009-17. 48 p.

Année : 2009

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 31183

Langue : Anglais

Séries : Mountain Pine Beetle Working Paper (CFP - Victoria) *

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Résumé

Nous avons étudié l'influence de l'infestation de dendroctone du pin ponderosa (DPP) et de la coupe de récupération sur la fonction écologique, l'ombrage et la température des zones riveraines et des petits cours d'eau. Les petits cours d'eau (< 2 m de largeur à pleins bords) ont été choisis parce qu'ils constituent le type de cours d'eau le plus fréquent dans un bassin versant et déterminent de nombreuses caractéristiques écologiques des canaux plus grands en aval. Étant donné leur domination, ils sont aussi le type de cours d'eau rencontré le plus fréquemment durant les activités de déforestation; ils n'ont pas de zone riveraine juridiquement réservée. Les zones riveraines des bassins versants dominés par les pins étudiés étaient principalement peuplées d'épinettes, tandis que les zones des hautes terres étaient occupées par les pins. L'évaluation sur le terrain de 39 petits cours d'eau (19 soumis au contrôle et 20 soumis au traitement) a indiqué que les tronçons au stade gris avaient des zones riveraines et un débit corrects, tandis que les zones de coupe de récupération fonctionnaient avec une certaine difficulté. L'ombrage était bien plus faible dans les zones de coupe, ce qui permettait une pénétration de la lumière plus importante que dans les secteurs plus ombragés touchés par le DPP. La température de l'air était aussi bien plus élevée au-dessus des cours d'eau dont les zones riveraines avaient subi une coupe de récupération. La température de l'eau, en revanche, montrait des réactions variables. Les petits cours d'eau issus des eaux souterraines ne montraient pas de différence significative de chaleur entre les tronçons contrôlés et les tronçons traités. Les petits cours d'eau issus d'eaux de surface, par exemple des lacs et des zones humides, montraient un rafraîchissement nettement moins important dans les tronçons de coupe que dans les tronçons contrôlés.

Dernière mise à jour :