Publications du Service canadien des forêts

Hydrologic effects of mountain pine beetle infestation and salvage-harvesting operations. 2009. Rex, J.; Dubé, S. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Mountain Pine Beetle Working Paper 2009-05. 44 p.

Année : 2009

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 30074

Langue : Anglais

Séries : Mountain Pine Beetle Working Paper (CFP - Victoria) *

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Résumé

L'infestation de dendroctone du pin ponderosa (Dendroctonus ponderosae Hopkins) est en train de modifier tout le paysage des forêts et bassins versants de la Colombie-Britannique. Le bilan hydrique des bassins versants où dominent les peuplements de pins peut subir des changements lorsque les pins meurent. Les intervenants du secteur de la foresterie dans le district forestier de Vanderhoof ont fait part d'une augmentation des quantités d'eaux souterraines. Ils indiquent que le terrain estival (sol ferme et sec) est remplacé par un terrain hivernal (sol plus humide et moins ferme), sur lequel il est difficile, voire impossible, d'utiliser le matériel de foresterie avant le gel. Le projet a été élaboré pour déterminer un ensemble d'indicateurs de risques, afin de prédire le risque de perte de terrain estival à l'échelle du bassin versant, dans le district forestier de Vanderhoof et d'autres. Les indicateurs de risques ont été sélectionnés à partir de renseignements donnés par le SIG, de photographies aériennes et de connaissances locales. Pour que ces indicateurs soient exploitables dans la planification forestière, des renseignements généraux ont été utilisés, tels que l'aspect du bassin versant, la pente, le type de sol et autres. Les indicateurs ont été sélectionnés au cours d'un processus itératif comprenant une amélioration du modèle, des prédictions, une vérification sur le terrain sur une période de deux ans et une évaluation ultérieure de l'information recueillie sur le terrain, afin de choisir les indicateurs qui expliquent la plupart des variations de données. L'étude a permis de démontrer que l'abondance du pin lodgepole, la régénération pré-établie, la densité du réseau hydrographique, les sols fragiles à texture fine et un indice de pente étaient les meilleurs indicateurs pour prédir le risque de perte de terrain estival pour les opérations forestières. Ces indicateurs sont disponibles à partir de bases de données provinciales.

Dernière mise à jour :