Publications du Service canadien des forêts

Proposed protocol for evaluating potential strength-reducing characteristics in lumber after a catastrophic event: Pilot application and next steps. 2009. Lum, C. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Mountain Pine Beetle Working Paper 2009-01. 10 p.

Année : 2009

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 29367

Langue : Anglais

Séries : Mountain Pine Beetle Working Paper (CFP - Victoria) *

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Résumé

La production de bois d'œuvre à partir de bois infesté par le dendroctone du pin ponderosa (DPP) et présentant la coloration bleue caractéristique n'est pas nouvelle. Ce qui est sans précédent, c'est l'échelle de l'infestation et la quantité de bois d'œuvre tué par le DPP qu'il faut transformer pour maximiser la valorisation de la ressource. Lorsque l'on produit du bois d'œuvre à partir d'arbres morts sur pied, on observe avec plus de fréquence certaines caractéristiques qui réduisent la résistance du bois. Selon les conditions biogéoclimatiques du site, on peut observer, par exemple, une augmentation de la présence de pourriture ou de fentes dans le bois d'œuvre non classé. Bien que la majeure partie de la production soit par la suite déclassée en raison de ces caractéristiques, le bois d'œuvre qui demeure classé peut néanmoins comprendre, avec une fréquence que l'on remarque, des morceaux possédant ces caractéristiques susceptibles de réduire la résistance du bois.

L'industrie a réagi à la présence plus fréquente de ces caractéristiques en adoptant de nouvelles technologies et en donnant une meilleure formation au personnel chargé du classement visuel du bois, afin de pouvoir valoriser la ressource. Néanmoins, l'épidémie de DPP a montré la nécessité d'avoir un outil d'évaluation qui aide l'industrie à déterminer si le système de contrôle de la qualité doit être adapté pour réagir à l'apparition " soudaine " ou à la présence plus fréquente, dans une région donnée, de caractéristiques susceptibles de réduire la résistance du bois d'œuvre.

L'objectif de cette étude est l'élaboration d'un protocole d'évaluation et de réaction à appliquer lorsque l'on observe la présence de caractéristiques susceptibles de réduire la résistance du bois d'œuvre provenant de peuplements qui ont subi un événement catastrophique à une échelle régionale. Ce nouveau protocole doit être distinct des programmes d'essais normalisés pour le bois d'œuvre qui sont en place pour soutenir l'établissement de valeurs de calcul structural.

Dans le cadre de ce projet de deux ans, on a élaboré une ébauche de protocole général et entrepris une étude pilote limitée visant à démontrer l'efficacité de ce protocole dans laquelle on a utilisé, à titre d'exemple, les fentes que l'on observe dans le bois d'œuvre provenant d'arbres infestés par le DPP. Ce protocole permet d'orienter l'identification des caractéristiques qui se prêtent à l'étude, la conception d'une enquête exploratoire visant à déterminer la fréquence d'apparition de ces caractéristiques, le choix de la méthode de collecte d'échantillons pour les essais de résistance, le choix de la méthode d'analyse des résultats des essais et, au besoin, l'élaboration de règles de classement supplémentaires en réponse aux incidences potentielles de ces caractéristiques sur la résistance du bois d'œuvre. Le protocole sera présenté à un groupe de travail de l'industrie chargé de trouver des solutions aux problèmes liés à l'épidémie de DPP. On s'attend à ce que ce protocole, une fois finalisé, soit un des outils de base au Canada pour surveiller le bois d'œuvre et s'assurer que les valeurs de calcul publiées pour ce matériau sont toujours applicables.

Dernière mise à jour :