Publications du Service canadien des forêts

Factors affecting the ecological legacy of unsalvaged post-mountain pine beetle stands. 2009. Chan-McLeod, A.C.; Zhu, X.; Klinkenberg, B. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Mountain Pine Beetle Working Paper 2008-19. 20 p.

Année : 2009

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 29236

Langue : Anglais

Séries : Mountain Pine Beetle Working Paper (CFP - Victoria) *

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Résumé

L'objectif global de l'étude est de fournir de l'information sur les conséquences écologiques à court terme de la non-récupération des étendues forestières infestées de dendroctone du pin ponderosa dans les régions boisées de Prince George et Vanderhoof au regard de l'évolution des populations aviaires. Nos résultats indiquent qu'à court terme, à la suite d'une infestation de coléoptères (< 5 ans), les facteurs étrangers au dendroctone du pin ponderosa, notamment la structure préexistante du peuplement ou les caractéristiques préexistantes du site (p. ex., la présence d'une zone riveraine), ainsi que les variations d'une année sur l'autre probablement dues aux changements climatiques et à d'autres facteurs sans rapport avec le dendroctone du pin ponderosa, influent autant, voire davantage, que la présence du coléoptère sur l'abondance des espèces d'oiseaux. Toutefois, la présence de dendroctone du pin ponderosa s'est avérée avoir des conséquences quantifiables sur l'abondance des espèces d'oiseaux : environ 64 % des espèces d'oiseaux et 62 % des variables associées à la communauté aviaire ont été affectées par le niveau d'infestation des peuplements par le dendroctone du pin. Variables selon les espèces et les guildes, les effets constatés reflètent généralement l'histoire naturelle de l'espèce affectée. Aucune donnée mesurable ne semble indiquer que dans les 4 à 5 années suivant l'infestation, le temps écoulé depuis la mort de l'arbre affecte la plupart des oiseaux : seules 36 % des espèces et 12 % des variables associées à la communauté aviaire mesurées dans cette étude semblent avoir été affectées. L'impact relativement faible du dendroctone du pin ponderosa sur les communautés aviaires dans les 5 ans suivant une infestation indique que sur le plan écologique, il existe peu de raisons de procéder à une coupe de récupération immédiatement après l'infestation d'un peuplement par ce coléoptère. Le fait que de nombreux oiseaux réagissent à la présence et à l'intensité de l'infestation de dendroctones du pin ponderosa, mais que relativement peu soient affectés par le temps écoulé depuis la mort de l'arbre dans les 5 ans suivant l'infestation, souligne fortement le rôle essentiel des peuplements forestiers infestés au regard des habitats aviaires. La contradiction potentielle entre objectifs écologiques et objectifs économiques d'une coupe de récupération rapide démontre l'importance de la définition d'une vision claire et explicite. La nécessité est d'autant plus prégnante que les réactions aux infestations de dendroctone du pin ponderosa diffèrent selon les espèces et les guildes d'oiseaux; les objectifs de gestion de cette question doivent donc être fixés spécifiquement pour chaque espèce ou chaque guilde. Compte tenu de ce que les conclusions de notre étude traitent uniquement de la question des peuplements récemment infestés (< 5 ans suivant l'infestation par le DPP), d'autres recherches seront nécessaires afin de déterminer l'évolution du devenir écologique à moyen et long terme des peuplements forestiers anéantis par le DPP. Bien que le temps écoulé depuis la mort de l'arbre n'apparaisse pas comme un déterminant majeur d'abondance pour la plupart des espèces au cours des premières années suivant une infestation, cette donnée est susceptible d'évoluer au fur et à mesure du démantèlement du peuplement.

Dernière mise à jour :