Publications du Service canadien des forêts

Assessing the influence of time-since-death: Pilot scale kraft and thermomechanical pulping of beetle-killed lodgepole pine. 2008. Dalpke, B.; Hussein, A.; Johal, S.; Yuen, B.; Ortiz, D.A.; Watson, P.A. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Mountain Pine Beetle Working Paper 2008-26. 77 p.

Année : 2008

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 29131

Langue : Anglais

Séries : Mountain Pine Beetle Working Paper (CFP - Victoria) *

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Résumé

Des essais du procédé Kraft et de la réduction en pâte mécanique ont été réalisés dans une usine-pilote, pour un ensemble d´échantillons bien contrôlés, afin d´établir l´influence du temps écoulé depuis la destruction du pin de Murray par le dendroctone du pin ponderosa (DPP) sur la fabrication de la pâte à papier et la qualité de celle-ci. Les échantillons étaient composés d´arbres aux stades rouge, gris, à la fin du stade gris et d´arbres intacts. Des sites d´échantillonnage ont été créés dans trois différentes sous-zones biogéoclimatiques en Colombie-Britannique, afin de refléter la variabilité naturelle. Avant la fabrication de la pâte à papier, les propriétés du bois et des fibres des échantillons ont été testées, de même que la qualité des copeaux. Les paramètres du procédé Kraft et du procédé thermomécanique ont été surveillés, la qualité de la pâte établie et la structure de la feuille évaluée au moyen de la microscopie électronique à balayage.

Le temps écoulé depuis la destruction a eu une influence quasi impossible à évaluer sur la qualité du bois et de la fibre, si ce n´est la diminution considérable du taux d´humidité. Le temps écoulé depuis la destruction n´a pas non plus eu d´incidence sur le procédé Kraft et la qualité de la pâte, même s´il a quelque peu influencé l´indice de plissement, ce qui pourrait vouloir dire que les fibres du bois détruit par le DPP sont davantage sensibles aux dommages mécaniques. Pour la pâte fabriquée au moyen du procédé thermomécanique, la densité des feuilles fabriquées à partir de bois détruit par le DPP était inférieure et elles étaient plus rugueuses, comparativement au bois intact. Les tests préliminaires de calandrage et de piquetage se sont également traduits par des différences, suggérant que l´aptitude au passage sur machine et la qualité d´impression du papier produit au moyen du procédé thermomécanique pourraient être modifiées.

Les résultats de cette étude suggèrent que le bois détruit par le DPP est une source acceptable de fibres pour le procédé Kraft, même au stade gris et à la fin du stade gris. Il existe toutefois des problèmes opérationnels, notamment sur le plan du procédé de récupération chimique, lesquels sont abordés dans d´autres projets. Pour le procédé thermomécanique, il est possible d´utiliser ce bois sans que cela nuise trop à la fabrication de la pâte et à la résistance de celle-ci. Toutefois, ce bois pourrait endommager la structure des feuilles et de la surface, un facteur important pour les fabricants de papier d´impression. Par conséquent, il faudrait mener une étude approfondie pour établir la mesure dans laquelle le bois détruit par le DPP se répercute sur la qualité du papier destiné à l´impression.

Dernière mise à jour :