Publications du Service canadien des forêts

Decay fungi and associated rates of decay in standing trees killed by mountain pine beetle. 2008. Breuil, C. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria B.C. Mountain Pine Beetle Working Paper 2008-11. 19 p.

Année : 2008

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 28843

Langue : Anglais

Séries : Mountain Pine Beetle Working Paper (CFP - Victoria) *

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Résumé

En raison de l'épidémie de dendroctone du pin ponderosa (DPP) qui sévit en Colombie-Britannique depuis quinze ans, il faut impérativement dresser une liste exacte des espèces fongiques qui pourraient endommager le bois et en diminuer la valeur marchande, et les décrire avec précision. Même si les champignons qui colorent le bois ne modifient pas les propriétés structurales du bois, bon nombre de basidiomycètes (p. ex. la pourriture), également propagés par le DPP ou d'autres coléoptères (p. ex., les scolytes du bois), ont des répercussions considérables sur l'industrie forestière en Colombie-Britannique. Nous nous sommes concentrés sur la caractérisation de 40 champignons basidiomycètes, prélevés dans douze régions de la Colombie-Britannique. Nous avons prélevé les champignons sur des pins tordus, infestés de DPP aux stades vert, rouge et gris, dans chacune de ces douze régions. La diversité fongique observée pourrait s'expliquer par l'emplacement géographique, l'acuité de l'épidémie de DPP dans la région, l'âge et la teneur en eau des pins tordus. Nous avons isolé les champignons de pourriture et avons examiné leur capacité de dégrader l'aubier et le cœur du bois 'duramen', à l'aide du test de pourriture en bocal. Nous avons également établi le taux de croissance et l'activité lignolytique des principaux isolats. Certaines espèces ont provoqué une diminution considérable du poids du bois en trois mois, ce qui signifie que les éléments structuraux du bois (cellulose, hémi-cellulose et lignine) sont affectés. Les données obtenues pourraient aider les forestiers à prendre des décisions plus éclairées concernant les arbres à couper rapidement après une attaque de DPP et les arbres à ne pas toucher pendant une période déterminée, sans porter atteinte à la qualité structurale du bois. Par conséquent, l'industrie forestière pourrait réduire les pertes économiques associées à l'épidémie du DPP. Afin de corroborer les décisions prises à l'égard de la gestion de la coupe des arbres infectés par le DPP, il faut caractériser davantage le taux de dégradation causé par les divers champignons de pourriture, à divers degrés d'humidité et températures.

Dernière mise à jour :