Publications du Service canadien des forêts

Environmental effects on host selection and dispersal of mountain pine beetle. 2007. Reid, M. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Mountain Pine Beetle Initiative Working Paper 2007-07. 14 p.

Année : 2007

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 26811

Langue : Anglais

Séries : Mountain Pine Beetle Working Paper (CFP - Victoria) *

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Résumé

Nous avons étudié l'influence de l'hétérogénéité du paysage sur des processus qui peuvent influer sur la dispersion du dendroctone du pin ponderosa, le Dendroctonus ponderosae. La qualité de l'arbre hôte, que l'on mesure par le diamètre de l'arbre, par sa production de résine, par la présence de monoterpènes et par l'épaisseur du phloème, n'était pas très différente d'un peuplement à un autre, y compris dans les peuplements qui avaient été éclaircis ou brûlés. Les arbres vivants des classes les plus brûlées produisaient le moins de résine et avaient le plus mince phloème, et on a constaté qu'ils n'attiraient pas les dendroctones isolés placés sur les arbres (pionniers). Les pionniers entraient dans les arbres modérément brûlés bien plus fréquemment que dans les arbres très brûlés ou peu brûlés, mais cela ne pouvait pas être attribué à la taille de l'arbre, à sa résine ou à l'épaisseur de son phloème. Les dendroctones arrivés naturellement étaient plus susceptibles de coloniser les arbres dont la production de résine et de limonène était plus importante, et c'était le cas pour les arbres qui produisaient plus de myrcène. La probabilité qu'un pionnier recrute une attaque de masse augmentait avec le débit de résine pour les plus gros dendroctones. Ces résultats laissent à penser que les " défenses " constitutives des arbres pourraient agir comme attractifs. Globalement, les plus grosses femelles et celles en meilleure forme étaient plus susceptibles d'entrer que les dendroctones plus petits, malgré les coûts de mortalité et les espoirs relativement faibles de recrutement. Nous avons également étudié la dispersion des dendoctrones dans une forêt de pins et dans une forêt très brûlée dans le cadre d'une étude de marquage-recapture. Le peuplement brûlé était plus chaud et plus venteux que le peuplement de pins pendant la période de vol à la mi-journée des dendroctones. Les ravageurs avaient tendance à se disperser davantage dans le peuplement brûlé que dans le peuplement intact. Le déplacement des dendroctones dans le paysage pourrait être déterminé par la disponibilité de l'arbre hôte, qui influence la situation énergétique du dendroctone, plutôt que par la qualité de l'arbre hôte.

Dernière mise à jour :