Publications du Service canadien des forêts

Determining fungal diversity on Dendroctonus ponderosae and Ips pini affecting lodgepole pine using cultural and molecular methods. 2006. Lim, Y.W.; Kim, J.-J.; Lu, M.; Breuil, C. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Mountain Pine Beetle Initiative Working Paper 2006-04. 20 p.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 26284

Langue : Anglais

Séries : Mountain Pine Beetle Working Paper (CFP - Victoria) *

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Résumé

Plusieurs coléoptères (Coleoptera: Scolytidae) et leurs associés fongiques causent de sérieux dommages au pin tordu latifolié dans l’Ouest du Canada et le Nord-Ouest des États-Unis. La diversité des champignons à la surface de deux espèces de scolytes, Dendroctonus ponderosae Hopkins (dendroctone du pin ponderosa) et Ips pini Say (scolyte du pin), a été recensée à l’aide de méthodes de culture et de méthodes moléculaires. Neuf taxons fongiques ont été reconnus grâce à leurs caractères morphologiques. Ils ont tous été retrouvés sur le dendroctone du pin ponderosa, alors que seulement sept d’entre eux ont été retrouvés sur le scolyte du pin. L’identification s’est faite sur la base de la morphologie de la culture et des fortes similarités séquentielles entre l’espaceur intergénique (ITS) et une région de grande sous-unité d’ADN ribosomique (l’ADNr USL) des séquences des champignons connus. Les régions fongiques de l’ITS ont été amplifiées à partir de l’ADN extrait directement de la surface du coléoptère. Les produits de la PCR ont été clonés, et 250 clones ont été classifiés selon leur profil de restriction avec HaeIII et RsaI. En tout, on a identifié, puis séquencé, 26 types de polymorphismes de taille des fragments de restriction (RFLP). De ce nombre, on en a retrouvé 15 chez le dendroctone du pin ponderosa et 14 chez le scolyte du pin. Le séquençage des types de RFLP a montré que 23 ascomycètes et 3 basidiomycètes étaient représentés dans la banque de clones, alors que les isolats provenant de la méthode de culture représentaient 7 ascomycètes et 2 basidiomycètes. On a détecté efficacement la levure et les champignons ascomycètes unituniqués filamenteux qui ne tachent pas à l’aide de l’approche moléculaire, alors que les principaux champignons responsables de la tache colorée de l’aubier étaient plus facilement détectables à l’aide des méthodes de culture.

Dernière mise à jour :