Publications du Service canadien des forêts

The balance of complexity in mechanistic modeling: Risk analysis in the mountain pine beetle. 2006. Nelson, W.A.; Potapov, A.; Lewis, M.A.; Hundsdörfer, A.E.; He, F. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Mountain Pine Beetle Initiative Working Paper 2006-03. 26 p.

Année : 2006

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 26244

Langue : Anglais

Séries : Mountain Pine Beetle Working Paper (CFP - Victoria) *

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Résumé

Dans la plupart des domaines d'écologie appliquée, il est indispensable de prévoir et de gérer les risques d'invasions de parasites. Un des défis que pose le développement de modèles mécanistes de risque est d'équilibrer les détails tactiques d'un système et les simplifications stratégiques nécessaires au maintien d'un caractère général et d'une résolubilité mathématique. Dans cette revue, nous analysons l'équilibre de la complexité pour les modèles de risque des systèmes du dendroctone du pin ponderosa. Cet insecte est le parasite le plus destructeur des pinèdes de l'ouest de l'Amérique du Nord. Beaucoup d'efforts ont été déployés afin de collecter des preuves empiriques et de constituer des modèles mécanistes d'invasions. Pourtant, les modèles de risque actuels n'utilisent que des indices de sensibilité des arbres qui ont été incapables, par le passé, de prédire le risque ou l'étendue d'une infestation. Nous élaborons un cadre conceptuel sur l'interaction entre le dendroctone et son hôte qui nous permet de comparer les deux modèles, phénoménologiques et mécanistes. À partir de ce cadre, nous montrons comment les modèles de risque actuels sont apparus et pourquoi ils prédisent un risque classé par opposition à un risque absolu. Les modèles mécanistes existants comprennent une grande variété d'interactions possibles, ce qui a mené à des désaccords à propos des composantes essentielles des invasions de dendroctones. En opposant ces modèles au cadre écologique, nous extrayons des connaissances systématiques pour les appliquer aux facteurs qui déterminent le risque, et nous suggérons quels processus dynamiques doivent être modélisés explicitement et ce qui pourrait être soustrait de façon stratégique.

Dernière mise à jour :